• Femmes
  • Actu
  • "Le système politique calédonien est discriminatoire et sexiste"

"Le système politique calédonien est discriminatoire et sexiste"

Partager :

11 membres désignés : une seule femme figure parmi les candidats éligibles !

 

La probable composition des membres du futur Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie indigne l’Union des femmes francophones d’Océanie (UFFO) et le collectif Femmes en colère.

"Le système politique calédonien est discriminatoire et sexiste"

1
Sonia Togna, présidente de l’Union des femmes francophones d’Océanie (UFFO). Photo G.C.

11 membres désignés : une seule femme figure parmi les candidats éligibles ! La probable composition des membres du futur Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie indigne l’Union des femmes francophones d’Océanie (UFFO) et le collectif Femmes en colère, qui se sont exprimées mardi matin à Boulari. "C’est une régression. On regrette qu’à la fin d’un processus d’émancipation, on se retrouve avec dix hommes et une femme au gouvernement", lance Sonia Togna, présidente de l’Union des femmes francophones d’Océanie (UFFO), qui avait réagi dès samedi, après le dépôt des listes des différents partis.

Le Collectif Femmes en colère, présidé par Françoise Caillard et Valentine Holle, exprimait également son "désappointement". "Les partis politiques terreaux du patriarcat continuent de marginaliser les femmes en les écartant de la gestion des affaires publiques", faisant preuve d’un "sectarisme primaire qui n’est plus tolérable".

2Françoise Caillard (2e à droite), Valentine Holle (3e à droite) et le Collectif des femmes en colère, lors de la marche organisée en novembre 2019. Photo archives LNC.

Vingt et un ans après le "combat" pour l’application de la loi sur la parité, "face à un système d’opposition politique masculine dominante", le Collectif "constate que les esprits n’ont pas évolué". Le collectif milite pour "la mise en place d’un plan pays de lutte contre les violences faites aux femmes", quelle que soit leur forme. Pour l’heure, son diagnostic est sans appel : "le système politique calédonien est discriminatoire et sexiste".

Les deux organisations réclament la création d’un secteur du gouvernement "exclusivement dédié aux droits des femmes", et pas aux violences intrafamiliales, qui ne sont "pas le sujet". "Il faut une ligne budgétaire identifiée, des objectifs, un plan d’action clair."

Elles appellent à la mobilisation ce mercredi à 14 heures, à Port Moselle, sous les fenêtres du gouvernement qui sera alors en cours d’installation.

 Article réalisé par C.G. du journal Les Nouvelles Calédoniennes



Partager :