J’ai testé pour vous La cryolipolyse

Partager :

Bon, quand faut y aller, faut y aller ! Puisqu’on parle de petits bourrelets, je décide de tester la cryolipolyse. Ça tombe bien vous me direz carj’ai un petit ventre qui commence à devenir… un peu plus que « petit ».

 Moi qui adorais les tailles basses (je sais c’est plus la mode mais j’aime bien), terminé ! Un vilain petit bourrelet se dépêche de s’étaler au-dessus de la ceinture de mon jean. Bref, c’est parti ! Rendez-vous est pris avec Catherine Grognard et Martine Chevalier. Immédiatement, le docteur Grognard m’avertit : « Lacryolipolyse ne traite pas la cellulite ! Elle traite le petit bourrelet graisseux résiduel qui résiste. » Et elle poursuit en m’avertissant qu’il faut attendre quelques semaines pour en voir les résultats. « Le fait de refroidir ce bourrelet va faire exploser les cellules graisseuses et libérer les gras dans l’organisme. C’est ensuite votre organisme qui va éliminer petit à petit ce gras. »

Un peu déçue car j’espérais ressortir de là en flottant dans mon jean, je m’installe sur la table, prête à en découdre avec ma graisse. Martine mesure dans un premier temps mon fameux bourrelet puis m’enduit de gel (comme pour une échographie). Elle pose ensuite sur mon ventre la pièce à main qui, après qu’elle a programmé l’appareil LipoConstrat®, aspire mon ventre en le pinçant. Pas douloureuxmais pas vraiment agréable. C’est parti pour une heure. Dix minutes de chaleur, trente-cinq minutes de froid, quinze minutes de chaleur.

Et côté risques ?

Un peu inquiète tout de même, je m’enquiers des risques éventuels. Sur Internet, j’ai vu des brûlures dues à la cryolipolyse…« Aucun risque avec cet appareil, me rassure Martine. C’est une nouvelle génération d’appareils qui, justement, alterne chaud et froid alors que les anciens ne produisaient que du froid, d’où des cas de brûlures si l’appareil était mal utilisé. »

Bien, me voilà rassurée. Au bout d’une dizaine de minutes,la sensation de gêne disparaît presque totalement, le froid ayant anesthésié la zone.

Au bout d’une heure, l’appareil s’éteint et Martine pratique un léger massage de mon ventre. Pas de gonflement, pas de rougeur. Tout est OK. « Vous verrez les effets au bout de quelques semaines mais surtout, buvez bien afin d’aider à éliminer les cellules graisseuses. » Et un peu de sport et une alimentation saine ne feront pas de mal…

Au réveil le lendemain, j’ai juste l’impression d’avoir fait une bonne séance d’abdos la veille ! Au bout d’une semaine, je ne rêve pas : mon bourrelet a diminué. Si, si, c’est mon jean qui le dit ! J’attends avec impatience la deuxième semaine !

Comment ça marche ?

Le refroidissement à une température de 3° Cdes cellules graisseuses entraîne une cristallisation des lipides contenus dans les adipocytes. Ils sont dès lors programmés pour un « suicide lent »appelé apoptose. Les cellules graisseuses « mortes »sont alors naturellement éliminées petit à petit par l’organisme.

En une séance, 25 % à 30% du tissu graisseux est éliminé. En fonction de l’importance de la zone à traiter, deux à trois séances seront à prévoir avec six semaines d’intervalle entre chaque séance.

Tarifs : 45 000 F la première séance, 30 000 F la deuxième, 15 000 F la troisième. Avec le Passeport Gourmand ou la carte Senior : 63 000 F les trois séances.



Partager :