fbpx
     

La vitamine D, un allié au quotidien

Partager :

On la surnomme parfois la « vitamine-soleil », car notre peau a la capacité de la fabriquer sous l’action des rayons du soleil. Ses bienfaits sont multiples, mais nous ne parvenons pas toujours à en profiter suffisamment.

 

À quoi sert-elle ?

Elle s’avère essentielle à l’absorption du calcium et à la résistance des os et des dents. Un nombre croissant de recherches montre qu’elle interviendrait aussi dans la prévention de la sclérose en plaques, de l’hypertension, du diabète et du même cancer.

Où la trouve-t-on ?

Peu d’aliments contiennent de la vitamine D à l’état naturel. Les poissons gras (saumon, sardine, maquereau) et les huiles de poisson en sont les meilleures sources. Elle est également présente en petite quantité dans le foie de boeuf et le jaune d’oeuf. Notre apport provient donc surtout des produits enrichis comme le lait, la margarine et certains yaourts, fromages, jus d’orange et boissons végétales.

L’exposition au soleil la remplace-t-elle ?

Non. Contrairement aux idées reçues, l’exposition solaire permet en effet rarement de combler nos besoins en vitamine D. Les nuages, l’ombre ou la pollution peuvent réduire la synthèse cutanée de 50 %, et les vêtements, les vitres et les crèmes solaires avec FPS de 8 ou plus la bloquent complètement. De plus, notre capacité de production - déjà limitée si on a la peau foncée - diminue avec l’âge et elle est considérablement réduite dès que l’ensoleillement baisse.

Que se passe-t-il si on en manque ?

Lorsque la vitamine D fait défaut, le calcium que l’on mange n’est plus absorbé aussi effi cacement et son taux s’abaisse dans le sang. Pour maintenir l’équilibre, les os n’ont d’autre choix que de laisser s’échapper du précieux minéral ! Chez l’enfant, la carence se manifeste par le rachitisme (déformation des os), alors que chez l’adulte, elle entraîne l’ostéomalacie (amollissement des os et une faiblesse musculaire) ou l’ostéoporose (affaiblissement des os).

Comment en emmaGasiner une dose suffisante ?

• Consommer du poisson au moins deux fois par semaine.
• Manger des produits laitiers tous les jours ou une boisson végétale enrichie + yaourts ou fromage à base de soja.
• Pratiquer des activités extérieures régulièrement.
• Envisager la prise d’un complément alimentaire, surtout si l’on a plus de 50 ans ou un problème intestinal, rénal ou hépatique.



Partager :