Les soucis acnéiques des adolescents

Partager :

À l’arrivée des hormones, dès que l’on sort de l’enfance, la structure, le teint et les sécrétions de la peau changent de façon spectaculaire, plus souvent pour le pire que pour le meilleur...

 

L’acné disparaît généralement vers 18-20 ans

L’acné peut se transformer en un vrai cauchemar quotidien mais, heureusement, son traitement a fait d’énormes progrès. Pour de nombreux adolescents, les problèmes de boutons sont vécus comme un traumatisme, au moment où l’on aurait besoin de construire sa confiance en soi et de séduire. Dans 90 % des cas, passé la période d’adolescence, les symptômes disparaissent et ne laissent aucune trace sur les zones grasses de la peau. Toutefois, cette maladie chronique de la peau s’avère longue à soigner et, en l’absence de soins spécifiques et performants pour rétablir un équilibre cutané normal, on peut garder des cicatrices. Certains produits pharmaceutiques (corticoïdes, barbituriques, bromures, iodures) peuvent même aggraver la maladie.

De mauvais réflexes

Lorsque le mal s’est propagé, l’adolescent est tenté de gratter et de percer ses boutons, mais ces manipulations accroissent le phénomène. En effet, un bouton que l’on ne touche pas a une durée de vie moyenne de huit jours. Si on le tripote, il reste là deux, voire trois semaines, et peut même se transformer en furoncle en laissant plus tard une trace indélébile. Il ne faut pas non plus massacrer les points noirs, même avec les mains propres et en désinfectant avant et après. Pour éviter la tentation de presser les points noirs, il faut renoncer au miroir grossissant, qui met inutilement en lumière les imperfections et détruit le moral.

Une peau acnéique a besoin d’être purifiée en douceur

Des soins adaptés, hypoallergéniques, non agressifs et non comédogènes, rééquilibreront l’épiderme progressivement. Dans tous les cas, il faut toujours appliquer les produits sur une peau parfaitement nettoyée et propre. Si le problème ne s’améliore pas, l’adolescent devra consulter un dermatologue qui lui prescrira un traitement adapté.

 

L’INFO EN PLUS

Il est fini le temps où l’acné était considérée comme un passage ponctuel lié à l’adolescence. « Selon la Société française de dermatologie (SFD), quinze millions de personnes souffrent de ce déséquilibre des bactéries sur la peau dû à une augmentation de la sécrétion de sébum associée à une inflammation » rapporte Le Parisien. Les femmes adultes sont de plus en plus touchées. Arrêt de la pilule contraceptive, alimentation… Les causes sont multiples.



Partager :