Les bases du paysagisme

Partager :

Plans, axes, lignes, rythmes ou points sont autant de notions que les paysagistes triturent avec talent pour donner vie à leurs verdoyantes créations. Mais que se cache-t-il exactement derrière ces mots ?

 

Le jardin paysager est un lieu qui s’apprécie d’abord avec les yeux. La maîtrise de certaines notions géométriques qui répondent à des codes visuels auxquels nous sommes tous soumis, permet donc de structurer et d’organiser l’espace afin de lui donner une ambiance et des caractéristiques propres. Cinq grandes notions de base sont ainsi très utiles à connaître.

Les plans

Comme dans une composition picturale ou photographique, les différents plans, généralement trois, donnent de la profondeur et du dynamisme au jardin selon le point de vue duquel on le perçoit. Le premier plan, le plus proche, est celui sur lequel se posent d’abord les yeux. Il doit être suffisamment attirant pour accrocher le regard et révéler le jeu des proportions avec le décor plus lointain. Le deuxième plan expose la trame principale du jardin et le troisième son fond, confondu ou non avec le paysage arrière. Les plans s’envisagent et se réfléchissent depuis les points d’observation principaux du jardin, mais aussi depuis l’intérieur (fenêtres, portes) ou depuis certains points extérieurs (terrasses, croisements, perspectives remarquables…) d’où ils seront assurément les plus appréciés. Les lignes Elles sont généralement nettement visibles et, une fois mises en valeur, apportent beaucoup d’identité et de dynamisme au jardin. Verticales ou horizontales, obliques, droites ou courbes, parallèles, convergentes ou divergentes, fines ou épaisses, les lignes naissent dans la rectitude d’une allée, les contours ondulants d’une pelouse, l’angularité d’une haie taillée au cordeau ou l’imposante largeur d’un massif dense.

Le paysagisme, c’est tout un art qui répond à des codes précis faisant appel à des notions de plans, de lignes et de rythmes.
Le paysagisme, c’est tout un art qui répond à des codes précis faisant appel à des notions de plans, de lignes et de rythmes.

Les axes

Ce sont des lignes généralement constituées par des couloirs, des espaces, des prolongements ou des convergences, autour desquels s’établissent des symétries ou des asymétries. Éléments structurants essentiels, les axes forment une trame à partir de laquelle sont répartis les végétaux, les massifs et tous les autres éléments. Ils constituent en ce sens des postes d’observation privilégiés des perspectives du jardin et conduisent le regard ou les pas du promeneur vers des points d’intérêt.

Les points

jardin02Ce sont les éléments vers lesquels convergent les axes et les lignes, et donc les regards et les pas. Il peut s’agir de points d’intérêt, comme des végétaux, des objets, des oeuvres d’art ou encore des éléments naturels ou architecturaux remarquables qui incitent le promeneur à s’approcher. Les points d’appel prennent la forme plus insidieuse, mais encore plus attirante, de chemins dont on ne voit pas le bout, de portillons entrouverts entre deux haies ou de perspectives aperçues par transparence, qui laissent deviner des zones plus lointaines, sans les dévoiler. Les points exercent une forte attraction sur le visiteur et incitent irrésistiblement à la promenade.

Les rythmes

Ils mettent en relation les plans, les axes, les lignes et les points en créant une sorte de maillage du jardin. Ils naissent de la répétition ordonnée ou de la succession disparate de formes, d’orientations, de volumes, de dimensions ou de couleurs, depuis les différents massifs et parcelles visibles depuis un point de vue. Ils accentuent, soulignent, adoucissent les dénivelés et les perspectives et accompagnent les pas et le regard du visiteur.



Partager :