© CC/Everypixel

© CC/Everypixel

Ces nouveaux "cool-dads"

Partager :

Ces influenceurs sont des précurseurs? En tout cas ils donnent le ton.

Daddy - groovy

Rassemblez plusieurs jeunes papas, leurs petits bouts de chou dans un porte-bébé, et c’est parti pour une séance de « kangagroove » super fun ! Une fois par semaine, à San Diego aux États-Unis, des pères de famille se retrouvent pour danser au rythme de la chanson Play that funky music de Wild Cherry. Et ça donne une sacrée chorégraphie ! L’idée du studio GroovaRoo Dance ? Se servir de la danse pour renforcer le lien entre les pères et leurs enfants.

Dans le ventre, la mère et le bébé bougent sur le même rythme cardiaque, expliquent Amber et Meeshi Anjali, fondateurs du concept. Danser avec son bébé est une extension naturelle de cette synchronisation rythmique vitale.

Outre le fait de passer un très bon moment avec son enfant, ce cours serait aussi bénéfique pour le développement psychomoteur des bébés. Des séances similaires sont bien évidemment proposées aux mamans.

Futur papa très investi

Martyn Wilkes est un photographe espagnol qui a beaucoup d’humour. Il a en effet eu l’idée de faire poser un futur papa tel une femme enceinte. Et le résultat est vraiment très drôle ! Paco, le modèle et futur père, a voulu marquer le coup lors de la grossesse de sa femme en se prêtant à une expérience plutôt originale. Couronne de fleurs, voilages multicolores et poses lascives : de quoi créer l’illusion comique d’une vraie séance photo de grossesse !

encadre 2

© Martyn Wilkes

Père impliqué, père sexuellement comblé

Voilà de quoi donner envie à ces messieurs de s’investir dans l’éducation quotidienne des enfants ! Une équipe de chercheurs de l’Université de Géorgie aux États-Unis, a démontré que les couples qui s’occupent à égalité de leur progéniture sont bien plus satisfaits sexuellement et rencontrent moins de conflits que les autres. Même constat dans les familles où c’est le père qui assume majoritairement la plupart des activités liées aux petits. Cette étude, publiée dans American Sociological Review, précise en revanche que les plus bas niveaux de satisfaction se retrouvent au sein des foyers où ce sont les mères qui assument tout.

La sexualité féminine a des caractéristiques propres, elle requiert du temps et de l’énergie

explique la sexologue Ghislaine Paris. Si en plus de s’occuper des enfants, la femme gère aussi la majorité des tâches ménagères après sa journée de travail, elle n’a matériellement plus beaucoup de temps à consacrer à une sexualité épanouie. C’est une question de bon sens. » Tout est dit !


Partager :