Maman 2020 : Entre pression et déculpabilisation

Partager :

Ce n’est pas nouveau mais ça ne fait pas de mal d’en reparler : être mère aujourd’hui, ce n’est pas une sinécure ! La société nous colle la pression à fond et nous, pauvres super-women, nous essayons tant bien que mal d’assurer et de déculpabiliser… Pas facile !

 Je suis fatiguée », « J’en peux plus », « Je ne m’en sors pas ». Allez, soyez honnête, vous ne vous êtes jamais dit ça quand, à 18 heures en sortant du boulot et après avoir fait trois courses, vous devez gérer le repas, les devoirs des grands, le bain du petit et, accessoirement, « nettoyer, balayer, astiquer » (pour reprendre les paroles de Maldon de Zouk Machine). Et être « belle, belle, belle comme l’amour » (cette fois, c’est Claude François qui nous inspire). Franchement, il n’y a pas des moments où vous rêvez de jouer aux « cow-boys et aux Indiens » avec vos enfants pour pouvoir les attacher à un arbre (n’importe quel poteau peut faire l’affaire), bâillonnés et ligotés ? Et si chéri s’en mêle, double dose de bâillons et au pilori aussi ! Alors, la faute à qui tout ça ? À la société, aux mecs, à nous… Notre liberté, notre indépendance, on l’a voulue, on l’a eue.

Tout est question d’équilibre et de bon sens.

Et c’est tant mieux. Bon, il reste pas mal de chemin à faire mais on y arrive doucement. Si bien qu’aujourd’hui, on se veut active, bonne amante et surtout super maman. On oublie que le « principe maternel » n’a pas toujours été le même. Fut un temps où être mère se bornait à faire des gosses et à tenter de les nourrir ou à les confier à une nounou (oui, ok, ça existe encore). Mais la génération de nos mères voire de nos grand-mères nous a marquées profondément. Mères au foyer, elles s’occupaient de leur mari et surtout de leurs enfants à temps complet. Dur, dur de passer derrière. Car même si elles n’étaient pas toutes des mères parfaites loin s’en faut, c’est l’image qu’elles véhiculaient, largement adoptée par la société tout entière, qui nous pèse sur les épaules. « Indéniablement, les mères actuelles doivent faire face à de multiples obstacles, dont le premier tient sans doute à l’image idéalisée héritée de la tradition d’une mère aimante et disponible, veillant avec dévouement sur le développement et l’éducation de ses enfants, dont il est difficile de se défaire », rappelle Patricia Ménissier dans Être mère 18e-21e siècle.

Entre fessée et fais ce qu’il te plaît

mama01Jonglant entre Françoise Dolto et principes d’éducation traditionnels, les mamans ne savent plus à quel saint se vouer. On peut les rassurer pourtant sur un point : Françoise Dolto, pointée du doigt pour son principe « d’enfant roi », ne disait pas : « laissez-lui faire absolument tout ce qu’il veut ! » Les tyrans en culotte courte ne passeront pas par nous ! Souvent mal comprise et mal interprétée, la parole de la psychanalyste a fait quelques dégâts. Il est peut-être bon de rappeler que quand Françoise Dolto établit le fait qu’un bébé est un sujet à part entière, elle veut avant tout faire passer l’idée que ce petit bout n’est pas qu’un tube digestif qu’on emmaillote pour ne pas qu’il bouge ! Mais trop novatrices, ces idées ont été mal comprises comme le rappelle la psychanalyste Claude Halmos : « Les parents se disent : si je considère que mon enfant est un être à part entière dont la parole a une valeur, de quel droit puis-je lui interdire tel ou tel acte ? Dolto, pourtant, le disait elle-même : tous les désirs sont légitimes, tous ne sont pas réalisables.

Les mamans ne savent plus à quel saint se vouer.

C’est le fond de son enseignement. » Et la psy d’ajouter que selon Dolto, l’enfant est « un être en construction mais qui ne peut pas se développer correctement sans l’éducation des adultes - donc sans leur autorité ». Donc, entre fessée et fais ce qu’il te plaît, il y a une marge bien assez grande pour éduquer son enfant avec bonté et écoute mais sans lui laisser faire n’importe quoi. Et ce sans culpabiliser ! Vous avez le droit de dire : « Non, maman ne peut pas jouer avec toi maintenant car elle a autre chose à faire ou elle a envie de se poser un peu ». Mais pour arriver à cela, il ne faut pas faire de l’enfant l’être central de la famille. Et avant tout pour lui ! « Si des parents renoncent à leur propre trajectoire pour consacrer leur vie à leur enfant, ils l’encombrent au lieu de lui dégager la voie », commente le psychanalyste Daniel Olivier.

La perfection au féminin

Vous l’aurez compris, tout est question d’équilibre et de bon sens. Et notre vie en tant que femme et mère doit aussi passer par cet équilibre. Je sais, je sais… ce n’est pas facile. Nos journées n’ont que 24 heures et on a toujours l’impression de manquer de temps pour bien faire les choses. Ah ! Encore une « grande » idée : BIEN faire les choses ! Mais sérieusement : qui vous a demandé d’être parfaite ? Dernièrement une jeune maman m’a raconté une anecdote ; il y avait un concours de gâteaux pour Halloween organisé par l’école de sa fi lle. « Je suis arrivée avec mes gâteaux fantômes ridicules. Ils s’aff aissaient, c’était horrible alors que toutes les autres mamans avaient confectionné des gâteaux incroyables ! J’ai ressenti de la mauvaise conscience vis-à-vis de ma fi lle. Je me suis dit : quelle mère nulle tu fais. Tu fais honte à ta petite. Tu aurais pu passer plus de temps sur ces gâteaux quitt e à les faire à 10 heures du soir ! » Quelle tristesse que cett e jeune femme puisse penser ça ! Sachant qu’elle a deux autres enfants dont un bébé de six mois et un mari très peu présent. Et qu’elle bosse bien sûr ! Elle n’est pas la reine de la pâtisserie ? Et ALORS ! Alors, on veut tout contrôler !

Il faut que nos enfants mangent sainement alors on est prête à faire des kilomètres pour acheter fruits et légumes bio. Il faut que nos petits s’épanouissent dans un sport alors on fait le taxi d’un point à un autre de la ville pour accompagner le grand au judo, la petite à la danse et le petit dernier aux bébés nageurs. Il faut les éveiller aux arts alors on refait le taxi pour les cours de piano et d’arts plastiques. PARFAITES, nous sommes parfaites. Mais sachez que le perfectionnisme n’est pas l’ennemi à combattre. Ce sont les raisons pour lesquelles nous cherchons à l’atteindre qui peuvent s’avérer dangereuses. Depuis que nous avons acquis la possibilité de tout faire, nous nous imposons de devoir tout faire excellemment bien. Ah, culte de la performance et de la réussite quand tu nous tiens. Las, nous serons toujours jugées de toute façon… Car même parfaites, maman ou bellemaman ne se gêneront pas pour nous faire la petite réflexion qui tue : « Tu as vu qu’il y a une tache sur le t-shirt du petit ? Moi, je n’aurais jamais laissé mon fils aller à l’école comme ça ! » Au pilori belle-maman ! Et n’oubliez pas le bâillon ! Quant au rôle des papas, nous n’avons pas de place pour l’aborder aujourd’hui… Mais on y reviendra ne vous en faites pas. Il y a tellement de choses à dire…

Une étude qui en dit long

mama02Une étude de l’Institut des mamans portant sur le rôle des mères a été réalisée il y a quelques années. Que révèlet- elle ? Que ce rôle n’est pas évident ! Car si la majorité des mères interrogées trouvent plutôt facile d’élever un enfant, elles sont tout de même 42 % à estimer le contraire. Une mission jugée particulièrement complexe par les mamans d’enfants de 3-4 ans. « Ces mères sont souvent multipares, avec plusieurs enfants en bas âge dont certains en phase d’opposition », analyse Hélène Lepetit, auteur de l’étude. La difficulté d’élever un enfant tient en partie au fait que les mamans n’ont plus de certitudes en matière d’éducation. « Il y a cinquante ans, beaucoup d’entre elles se laissaient guider par la religion. Désormais, elles doivent naviguer entre différents repères », explique Hélène Lepetit qui rappelle elle aussi que les mères sont écartelées entre des principes éducatifs hérités de leurs parents et l’héritage de Françoise Dolto. La majorité des femmes interrogées estiment aussi important d’inculquer le respect (des règles, des parents, etc.) à leurs enfants, que de bien communiquer avec eux ou de leur donner confiance. Des objectifs pas toujours faciles à concilier… Du coup, elles n’hésitent plus à avouer les ratés de leur éducation. Selon l’étude, elles considèrent souvent que leurs enfants n’ont pas assez appris à maîtriser leurs émotions et n’ont pas assez confiance en eux.


Témoignages de mamans

Nous vous avons demandé via notre page Facebook Femmes NC : selon vous, qu’est-ce qu’être une maman aujourd’hui ? Vous avez été nombreuses à nous répondre et vos témoignages, souvent émouvants, nous ont beaucoup touchées. En voici quelques-uns.

Ambre JonéAmbre Joné

Pour moi, être une maman aujourd’hui, c’est donner le meilleur de soimême en alliant sa vie de femme et de travailleuse. C’est parvenir à l’épanouissement personnel de son enfant dans une société qui pense que laisser pleurer un tout petit c’est lui apprendre à être obéissant. Être maman aujourd’hui, c’est avoir la force de se lever tous les matins même quand le moral n’est pas au beau fixe. Mais surtout, être une maman aujourd’hui, c’est être reconnaissante d’avoir cet enfant dans sa vie.

Yane YaYane Ya

Pour ma part, être une maman aujourd’hui c’est se lever même quand tu es fatiguée, c’est prendre soin de ses enfants quand toi-même tu es malade. C’est beaucoup de sacrifices qui laissent place à un bonheur incomparable. C’est allier travail, maison, loisirs, couple. Je ne dis pas que c’est facile mais c’est une lutte quotidienne pour une récompense chargée en amour ❤.

Rozenn BzhRozenn Bzh

Être maman en 2020, est pour moi, une chance inestimable ! C’est le plus beau des cadeaux que l’univers puisse offrir à une femme ! C’est être libre de penser, de choisir, de s’instruire, pour ensuite éduquer à notre manière nos enfants, pouvoir avoir le choix de nous battre pour accéder à la vie de nos rêves pour offrir à nos enfants LE MEILLEUR !

Maguy Rvln

Maguy Rvln

Pour moi être maman, c’est malgré que ma fille ne vive qu’une semaine sur deux avec moi, de toujours faire en sorte qu’elle ait le meilleur car, à deux ans et demi, ce n’est pas facile d’être sans ses deux parents... Être maman, c’est quand tout s’écroule autour de nous, regarder ce petit bout à côté de nous et se dire que l’on a le plus grand des bonheurs à nos côtés... Être maman, c’est aimer d’un amour inconditionnel son enfant... C’est aussi de la voir grandir, changer de jour en jour, d’être triste au moment de lui dire au revoir et d’avoir les larmes aux yeux quand on la retrouve... Je pourrais encore dire tant de choses sur mon rôle de maman mais je sais qu’être maman est la chose qui me rend le plus heureuse depuis presque trois ans.

Raymonde Jean-KasmanRaymonde Jean-Kasman

Je suis née d’un déni de grossesse. Je suis née le jour où mon fils est né parce qu’avant c’était un déni de n’être personne, de ne pas exister. Pour moi, ma vie a commencé le jour de sa naissance, c’est un double anniversaire depuis. J’ai eu 5 enfants en tout. Sur la photo, je suis avec mon fils aîné aujourd’hui âgé de 40 ans.

Ashley DillensegerAshley Dillenseger

Alors pour moi, être une maman aujourd’hui, c’est aimer son enfant d’un amour inconditionnel, l’accompagner et l’aider dans la découverte de ce monde si complexe ! Il n’existe pas de maman parfaite, le principal est de faire ce que l’on pense être le meilleur pour notre enfant ❣ Ashley, maman comblée d’un petit garçon de 14 mois qui s’appelle Aylan.

Łve GđłāŁve Gđłā

Être maman, c’est porter son enfant dans son ventre, dans ses bras, dans son coeur... C’est des responsabilités, des sacrifices, mais par-dessus tout beaucoup d’amour à donner et à recevoir en retour ! Soyons toutes fières d’avoir donné la vie ❣.

 

Sabrina March

Sabrina March

Être maman aujourd’hui en quelques lignes ? J’ai besoin de diviser cette question. Être maman à mon sens c’est l’amour, la présence, la protection et la transmission, et cela ne changera jamais... En revanche aujourd’hui !... C’est être consciente de son plein potentiel. Je veux dire par là qu’il fut une époque où l’on n’était qu’une mère ou femme au foyer, et une autre où nous étions redevenues des femmes libres et indépendantes... Aujourd’hui nous avons prouvé que nous sommes l’ensemble de tout cela. C’était le challenge de ma génération, le retour aux sources tout en conservant notre liberté... C’est cela que nous avons à transmettre à présent ! ps : Mes enfants ont 3 papas différents et tout le monde s’entend parfaitement, on fête les anniversaires et les noëls ensemble autant que faire se peut ... C’est aussi le rôle qu’une maman peut avoir : Réunir !

Mër YãneMër Yãne

Pour ma part, être maman c’est une belle bénédiction. Une maman se doit d’être le repère de son enfant, la force et la douceur. Une maman c’est porter dans ses bras et dans son coeur ses enfants. Ce qui est important, c’est de faire en sorte que son enfant soit heureux, qu’il apprenne à surmonter les moments les plus difficiles et qu’il puisse avoir une éducation qui l’aide à devenir quelqu’un de bien et d’épanoui.

Alexandra Sakamoto

Alexandra SakamotoJe m’appelle Alexandra, j’ai 40 ans cette année et je suis la maman de Luka 6 ans et Riley 4 mois. Pour moi être maman, c’est donner de l’amour sans compter et du temps sans limite. C’est dire je t’aime 100 fois par jour pour qu’ils ne l’oublient jamais. Être maman c’est être tendrement imparfaite et faire de son mieux. Les couvrir de baisers et les câliner tant que possible. C’est aussi savoir poser ses propres limites, et leur inculquer ses valeurs. C’est leur donner le meilleur pour qu’ils puissent se découvrir et se construire. Pour moi être maman était une évidence. Avec mes enfants, j’ai découvert l’amour inconditionnel, ils sont ma source inépuisable de bonheur.

 

Wylda CmsWylda Cms

Une maman d’aujourd’hui c’est l’héroïne, le modèle et un exemple pour son enfant mais avant tout c’est une femme forte, courageuse et protectrice. Toutes les mamans n’ont qu’une chose qui leur tient à coeur : le bien-être de leurs enfants.

 

Philomène KotopeuPhilomène Kotopeu

Être maman, c’est le plus beau métier au monde ! C’est savourer tous les jours les moments qui nous émerveillent lorsque nous regardons nos enfants grandir. C’est répondre à leurs besoins. C’est courir de temps en temps, mais au bout du compte, c’est d’avoir le coeur rempli d’amour à partager et avoir une place dans le coeur de ce petit être que nous avons créé. Je suis heureuse, fière, comblée d’être une maman, celle de Djanaël.

 

Sandra MorandSandra Morand

Être maman aujourd’hui pour moi, c’est aider mes filles à trouver leur place dans notre société sans jamais renier qui elles sont vraiment. Les aider à exprimer le meilleur d’elles-mêmes et à avancer avec leur coeur.

 

Sandra PayetSandra Payet

J’ai eu mon fils jeune à 23 ans, aujourd’hui il a 9 ans. Tout le long de ces années j’ai appris à lui donner beaucoup d’amour, de l’attention, à lui donner des limites quand il faut, et surtout à le protéger contre la violence actuelle qu’il y a à l’école entre eux.

 

Matania Kuanene

Matania KuaneneJ’ai eu mon premier garçon à l’âge de 18 ans et je n’avais comme diplôme que le brevet des collèges. J’ai décidé de prendre mes responsabilités et de garder mon enfant même si je devais sacrifier mes études et pour l’élever au mieux je me suis engagée 1 an au Gsma pour pouvoir gagner en maturité et aussi obtenir des diplômes et mon permis pour que mon fils ne manque de rien.

Je l’ai élevé seule jusqu’à ses 3 ans et j’ai ensuite connu le père de mon deuxième enfant avec que je suis actuellement. Nous avons eu le deuxième en 2015.

Je suis une maman comblée, mon bonheur ce sont mes enfants, ce que j’ai de plus cher au monde.

Méryl MérylouMéryl Mérylou

Colomina Une maman aujourd’hui est un tout, elle est celle qui se lève le matin pour vérifier que tout soit prêt. Celle qui travaille tout en pensant à ce qu’elle va préparer pour le dîner. C’est le pilier de sa famille. La fatigue n’est qu’un grand mot, car rien ne peut l’arrêter. L’amour pour sa famille est plus fort que tout. À ma fille que j’aime.

mum17Sabrina Poli

Selon moi être maman de nos jours c’est être présente pour ses enfants et les accompagner au mieux et le plus possible dans leur vie de tous les jours, leurs activités sportives, leur scolarité et être présente dans tous les moments au quotidien, bons ou mauvais. Les encourager et les soutenir. Maman d’un pré ado de 11 ans, accro de Fortnite.

Queen Ly

Queen Ly«Une maman ça fait ce qu’elle peut, ça ne peut pas tout faire mais ça fait de son mieux». Pour moi, une maman c’est une femme forte et indépendante. Personnellement, j’ai dû élever seule mes enfants depuis qu’ils ont 5 ans et 1 an. À cette époque, ça a été très dur et je pense que je n’y serais jamais arrivée sans le soutien moral et financier de ma mère et de mes soeurs. Aujourd’hui, ils ont 9 et 13 ans, on a galéré tous les 3, mais on est devenus complices, on a appris à s’entraider, à profiter du peu qu’on a et à connaître la valeur de l’argent, ils savent que si maman ne peut pas maintenant il faudra être patient car elle pourra, peut-être, plus tard ... Une maman, enfin une maman solo pour ma part, ne peut que faire de ses enfants une priorité, elle a pas le choix sauf si elle en a les moyens car on a beau dire l’argent ne fait pas le bonheur, ça aide quand même beaucoup dans la vie...

Rethna Lefebvre Rethna Lefebvre

Pour moi aujourd’hui être maman c’est être présente tous les jours pour eux, s’occuper d’eux à plein temps, on n’a pas de repos, c’est comme ça, j’aime mes ❤ enfants ❤ et je donne tout pour eux par amour ❤ d’être mère. Merci.

 

Mia Aim Mia Aim

Être maman c’est le plus beau cadeau que la vie puisse offrir à une femme. Être maman c’est aimer de tout son coeur, c’est aussi s’inquiéter pour quelqu’un d’autre que soi. Être maman c’est faire de son mieux toujours... À mon sens le mot maman signifie Amour Inconditionnel ❤. Et je remercie d’être une femme et une MAMAN

 

Solenne Duyme Solenne Duyme

Être maman c’est se dépasser, se redécouvrir dans les yeux de l’autre, c’est donner tout son amour pour qu’un jour son petit d’homme puisse le partager et le donner au monde entier. C’est « le plus beau et plus dur métier au monde » qui vous pousse à vivre vos émotions à 2000 %. Merci la vie. Je t’aime mon fils. Pour Adam 6 ans.

 

Marion Esposito

Marion EspositoÊtre mère... c’est changer de vie, de façon de penser mais également donner beaucoup d’amour à son enfant.

Accepter que ce petit coeur se détache de nous et qu’il marche à nos côtés, lui apprendre les valeurs de la vie.

C’est avoir des doutes, la peur de ne pas réussir, quelques nuits blanches mais de mettre toutes ses forces à profit afin de permettre à son enfant d’aller de l’avant.

C’est être nostalgique de voir les photos de son enfant, et de s’apercevoir que ces années passent à vitesse grand V. Être mère, c’est penser à son enfant avant de penser à soi.

C’est lui dire des milliers de fois JE T’AIME. Un amour maternel, impossible à décrire, c’est un lien si fort et si intense un amour sans fin. Être mère est le plus beau des trésors que l’on puisse t’offrir.

Céline Filitika

Céline Filitika Être maman c’est se lever le matin à 4h, à 3h, à 2h, à n’importe quelle heure, c’est un don de soi en permanence, c’est nourrir, c’est laver, c’est porter, c’est supporter...mais c’est surtout sourire, donner ce sourire et le recevoir un milliard de fois plus. C’est aimer comme on n’a jamais aimé, c’est vivre une nouvelle vie où souvent quand la vie nous accable, en un coup d’oeil, en un sourire, on voit la beauté de la vie à travers notre enfant. C’est montrer, partager et enseigner parce que même si on sert notre enfant presque à vouloir fusionner avec lui, on sait que la meilleure mère c’est celle qui aidera son enfant à déployer ses ailes et à être libre.

Ingrid Girold

Ingrid Girold Être une maman c’est être celle qui est capable d’accompagner son enfant à faire ses choix lui-même tout en le guidant avec respect et amour ! C’est dépasser ses peurs et son passé pour que son enfant puisse s’épanouir sans avoir à subir les craintes et les peurs de ses parents. Être maman, ce n’est pas mettre sa vie entre parenthèses. Être maman, c’est vivre une nouvelle vie à chaque étape de vie de ses enfants. C’est de la joie, de l’amour, de la crainte, des doutes, de la remise en question. C’est magique et magnifique. C’est de ne pas avoir peur du ridicule et rire et pleurer en même temps. C’est trop beau d’être maman !

 



Partager :