Choisir un compagnon pour ses vieux jours

Partager :

De nombreuses études tendent à démontrer que la présence d’un animal de compagnie auprès d’une personne âgée diminue les risques de dépression et sert de stimulant au senior isolé. Encore faut-il faire le bon choix…

 Entre l’amitié indéfectible de Médor et les ronrons thérapeutiques de Mistigri, les bienfaits de ces petits compagnons ne sont plus à démontrer. Et pour le senior en mal de présence rassurante ou stimulante, les bénéfices sont encore plus grands ! Présent dès le réveil de son maître, l’animal a besoin de toute son attention du matin jusqu’au soir : nourri, promené, soigné…, avec lui, pas question de se laisser aller ! Ce coach en bonne humeur est là pour vous rappeler les bonnes manières et ce qui vous fait du bien à tous les deux. À condition toutefois de choisir un complice sur la même longueur d’ondes !

Quel animal choisir ?

Adopter un animal de compagnie doit être un acte réfléchi et beaucoup de critères sont à prendre en considération. Tout dépend de votre caractère, de vos attentes, de vos goûts et de votre état de santé. Si votre mobilité est réduite, un chat sera probablement plus adapté, mais son caractère indépendant risque de ne pas combler toutes vos attentes. Avec un petit chien, les choses se présentent différemment : l’animal est plus démonstratif mais parfois beaucoup plus envahissant. Les oiseaux apportent de la joie dans la maison, mais l’entretien de la cage est fastidieux. Ne parlons pas des poissons ni des « nouveaux animaux de compagnie » du style serpents ou lézards qui ne seront sûrement pas d’un grand réconfort. Les lapins nains, les hamsters et les cochons d’Inde peuvent être bien sympathiques, mais ils demandent beaucoup d’entretien et ne vivent pas très longtemps. Le deuil d’un animal, quel qu’il soit, est toujours une étape diffi cile à franchir.

comp00

Quelle race de chien choisir ?

Si vous avez décidé de partager des moments de grande complicité et de tendresse avec un toutou, c’est vers une race reconnue pour son calme qu’il faudra vous tourner. Outre son tempérament naturel, l’animal devra être docile et obéissant et, pour cela, une bonne éducation s’impose. Les races de moyenne et de petite taille sont à privilégier : avec l’âge, votre mobilité va se réduire de plus en plus et il n’est nullement question de se laisser mener par le bout du nez par un molosse ! Les chiens dominants sont également à bannir pour éviter tout risque de bagarre lorsque vous êtes à l’extérieur. Les chiens de chasse, très actifs, ne sont pas non plus à conseiller : ils fuguent et courent comme des fous.

Quelques races de petits chiens à privilégier ?

Plus le chien est petit, moins les risques encourus sont importants, à condition toutefois de ne pas se laisser déséquilibrer par ce petit trublion qui se jette dans vos pattes ! Là aussi, c’est par l’éducation que vous devrez lui apprendre à se tenir tranquille et à ne pas entraver vos pas, à la maison comme dans la rue. Quelques cours d’éducation canine dans une école du chiot pourront vous aider à inculquer ces bonnes manières à votre nouveau compagnon tout en vous permettant de rencontrer d’autres maîtres. Les bichons maltais, très calmes et très obéissants, sont les meilleurs amis des seniors. Yorkshires et chihuahuas sont réputés pour leur toute petite taille mais doivent être bien dressés : fougueux, ils deviennent vite dominants et aboient pour un rien. Il en va de même des caniches nains ou miniatures qui demandent en plus des soins esthétiques coûteux. Les cavaliers King Charles et les Jack Russel ont un excellent caractère mais requièrent une activité physique plus soutenue.

Adopter un animal de compagnie doit être un acte réfléchi et beaucoup de critères sont à prendre en considération.

comp01LE CHOIX DU SEXE

Si le choix se présente, optez de préférence pour une femelle qui se montrera plus calme et moins agressive qu’un mâle. Si vous n’avez pas l’intention de faire de la reproduction, pensez à la faire stériliser au plus vite.


comp02COMPAGNON DE ROUTE

Adopter un animal, c’est l’accepter comme un membre de la famille à part entière mais c’est surtout, pour la personne âgée solitaire, accueillir la présence d’un compagnon de route qui lui rendra la vie plus douce.



Partager :