Comment faire face au mal des transports ?

Partager :

La cinétose, communément appelée le mal des transports, affecte fortement deux personnes sur dix. Comment tenter d’y remédier si vous devez effectuer de longs trajets en voiture ou des sorties en bateau ?

La cause de ces troubles

Qui n’a jamais ressenti une impression de nausée à l’arrière d’une voiture lors d’un trajet sur des routes sinueuses ? Si ce phénomène nous touche tous plus ou moins, il se manifeste régulièrement et de façon très forte chez certaines personnes sujettes à la cinétose. Elles doivent alors faire face à des nausées, vertiges, vomissements, sueurs froides et malaises lors de déplacements en voiture, en bateau, voire même en avion. Ces troubles sont provoqués par un dysfonctionnement dans la transmission des informations entre l’oreille interne et le cerveau. Quand l’un des deux perçoit un mouvement, comme des virages ou le roulis de la mer, l’autre considère que le corps est immobile. L’organisme s’en trouve perturbé et ne parvient pas à s’adapter normalement au mouvement. Les enfants sont particulièrement touchés jusqu’au début de l’adolescence et les effets de la cinétose s’atténuent ensuite progressivement avec l’âge.

Dès l’apparition des symptômes, la méthode la plus efficace reste de se concentrer sur un point fixe à l’horizon afin de réduire la perception du mouvement. On « réaligne » ainsi le signal perçu par les yeux et par le cerveau. En voiture, quelques minutes d’arrêt au grand air suffisent aussi à faire passer provisoirement les troubles.

Quel traitement ?

Il est très difficile de se prémunir totalement contre le mal des transports et la plupart des médicaments proposés ne font que lutter contre les nausées, sans pour autant les empêcher. Les antinauséeux les plus fréquemment utilisés sont le Vogalib, le Nautamine ou encore le Mercalm. Ils provoquent toutefois des effets de somnolence qui les rendent incompatibles avec la conduite.

On peut donc leur préférer des solutions naturelles contenant du rhizome de gingembre, de l’huile essentielle de menthe poivrée, de la sauge et de la mélisse, tous réputés pour leurs vertus antinauséeuses. Selon les références, on les trouve en comprimés, en gélules, en sirop ou en spray.

Quant aux bracelets antinausée, leur efficacité médicale reste à démontrer mais ils ont le mérite d’être totalement inoffensifs…



Partager :