Des éco-navigateurs assumés !

Partager :

Vivre sur un catamaran. Une maison flottante, la plus belle piscine du monde, une terrasse avec vue mer et un océan comme aire de jeux. Un rêve devenu réalité pour la famille Fleury : des éco-navigateurs assumés et heureux de l’être.

 

«Vivre sur un bateau rend naturellement écoresponsables. » D’origine bretonne, Soizic et Matthieu débutent leur vie à Paris. Deux postes, un appartement, des amis, des sorties, une vie agréable, toute tracée. Trop. Les deux passionnés de voile ont d’autres aspirations. Ils nourrissent le projet de faire un tour du monde en trois ans. Suivre les alizés en passant par les tropiques, s’arrêter pour travailler quand les finances s’amenuisent. Inspirés par des lectures, La V’limeuse autour du monde*, livre de chevet de Matthieu, ils se lancent dans l’aventure après huit mois de préparation. « Cela fait désormais seize ans que nous vivons sur un bateau », assument-ils avec le sourire. Leur conscience écologique grandit au fur et à mesure du voyage. Dès les premiers mois de navigation, l’environnement réduit de leur premier monocoque incite au tri naturel. Pas d’objets de décoration, peu de vêtements, seuls les meubles indispensables, des lectures numérisées dès que possible. Retour à l’essentiel. Panneau solaire, dessalinisateur et éolienne deviennent leurs meilleurs alliés. En mer, le spectacle n’est pas toujours réjouissant. En Inde, le couple découvre des plages jonchées de plastique, un océan cloaque de déchets. Pour Soizic, Matthieu et leurs trois enfants, ce choix d’une vie de consommation réduite devient plus qu’une philosophie. Un art de vivre. Joyeux et gratifiant. Leur luxe ? Apprendre à vivre avec moins de choses.

En route pour l’école
En route pour l’école

Moins consommer, mieux consommer

« En s’installant à Nouméa, nous avons replongé dans la société de consommation. » Les premières courses au supermarché les laissent perplexes. Le gâteau dans son étui plastique, lui-même intégré dans un deuxième étui en plastique, parfois même lié à un autre paquet de gâteau par un troisième film plastique… Stop ! La famille adopte un nouveau mode de comportement : écolo en ville. Pour les courses, trois adresses : la Compagnie du vrac, Eco panier et Epicerie en vrac. Munis de leurs contenants en verre ou en fer, ils achètent toute leur épicerie. Crustacés, poissons et légumes au marché deux fois par semaine. Le lait à un marchand ambulant une fois par semaine. Résultat : une seule poubelle tous les quinze jours. Côté énergie, les panneaux solaires fournissent l’électricité. L’ensemble de l’installation est en leds. L’eau est chauffée par le moteur et provient du dessalinisateur. Soizic confectionne elle-même produit vaisselle, lessive, produit nettoyant multi-usages et même son déodorant. Son prochain challenge : le dentifrice ! Une vie plus authentique qui nécessite parfois plus de temps. Un véritable challenge dans une société qui prône « le tout, tout de suite ». Toute la famille se met avec plaisir aux fourneaux. « Nos enfants sont fiers de réaliser eux-mêmes leurs propres gâteaux. Chacun a sa spécialité et c’est bien meilleur. » Partage de temps familial, fierté des jeunes - Lola, Timéo et Mael - qui cuisinent, sensibilisation à une alimentation plus saine. Cette année, même les chocolats de Pâques ont fait l’objet d’un atelier création parents/enfants avec des amis. Un moment gai et ludique.

Geneviève du Parc Locmaria

Ateliers oeufs de Pâques

  • La V’limeuse autour du monde de Carl Mailhot

LE "BEE WRAP"LE « BEE WRAP

Stop au film étirable ou au papier aluminium. Le « Bee wrap » permet d’emballer un sandwich ou un goûter, de couvrir une assiette ou un plat, de conserver du fromage. Il s’agit d’un simple tissu enduit de cire d’abeille en paillettes. Le Bee wrap adopte la forme du support à emballer grâce à la pression chauffante des mains sur la toile. Le nettoyage ? Facile. Avec une éponge, de l’eau froide et du produit vaisselle. Quant à son utilisation, elle va de trois à six mois.

PÂTE À TARTINER MAISON

PÂTE À TARTINER MAISON

Envie de mieux gérer les déchets, recycler et composter ? « La page Facebook de l’association Zéro déchet Nouvelle-Calédonie est une mine d’or », explique la pétillante Soizic, membre du bureau. Outre les ateliers et séances de sensibilisation, l’association publie des recettes intelligentes et écoresponsables pour réaliser soi-même du produit vaisselle, du déodorant et même de la pâte à tartiner maison.

Pour un pot de pâte à tartiner. Ingrédients

- 100g de chocolat en vrac
- 135g de purée de noisettes en vrac
- 75g de sucre

Faire fondre au bain-marie le chocolat. Mixer le chocolat avec la purée de noisettes. Ajouter le sucre et disposer le tout dans un contenant recyclable. C’est prêt ! Pour obtenir plus d’informations sur Zéro déchet NC, demander son inscription au groupe fermé.



Partager :