Des poules bien couvées

Partager :

Vous allez adopter des poules. Bonjour oeufs frais du matin ! Adieu poubelles pleines de déchets organiques ! Hop hop hop ! Avant d’adopter vos petites poulettes, il faut savoir deux ou trois petites choses. Bien que peu exigeantes, elles vont vous demander de l’entretien et de l’attention quotidienne : alimentation, collecte des oeufs, câlinage et sécurité.

 

La maisonnette

Pour correctement recevoir vos nouvelles colocataires, il faudra leur préparer une jolie maison.

Vos poulettes étant des animaux sociaux, il est donc préconisé d’en prendre au moins deux. Les poules peuvent parcourir un kilomètre par jour pour gratter le sol à la recherche d’insectes, de vers, de scolopendres, d’herbes à grignoter, de terre ou de poussière dans laquelle se rouler. Alors le poulailler, qu’on se le dise, ne sert bien de maison qu’à la nuit tombée. Les poules aiment se dégourdir les pattes et ont rapidement besoin de place. On peut facilement compter 20 m2 par poule pour garder l’herbe bien verte. Le Label rouge pour des oeufs fermiers préconise 5 m2 par poule.

L’idéal dans tous les cas est de leur ouvrir la porte du poulailler et de la refermer le soir à la nuit tombée.

Katy Appaganou, gérante de l’exploitation avicole La poule rousse, à la Couvelée à Dumbéa, concède toutefois : « Vous pouvez leur proposer un lieu douillet, mais certaines préfèreront rester dehors, ou se jucher sur un arbre pour dormir. » Et l’agricultrice s’y connaît, avec ses quelque 300 poules élevées en plein air. « L’important, c’est de savoir qu’elles aiment dormir en hauteur, perchées. Il n’est pas nécessaire que le perchoir soit haut, à 40 cm du sol ça suffit. » Donc si vous laissez vos gallinacés se promener, elles pourront peut-être opter pour des nuits à la belle étoile. Après, tout dépend de votre environnement. Car l’ennemi numéro un de la poule sur le Caillou, c’est le chien (chats et rapaces peuvent s’avérer également dangereux, surtout pour les petites poulettes). Ainsi, il faut que votre terrain soit parfaitement clôturé. Et malgré tout, les chiens savent trouver un chemin pour accéder à vos cocottes. D’où l’intérêt de protéger vos animaux à la nuit tombée dans un poulailler.

Des oeufs bien frais

poule01Autre intérêt de taille du poulailler, la collecte des oeufs. Si vous laissez ces mignonnes prendre des libertés, ce sera un peu Pâques tous les jours. La chasse aux oeufs est ouverte ! Pour éviter cela, et comme il est important de collecter les oeufs chaque jour pour des raisons d’hygiène, mieux vaut habituer dès le plus jeune âge vos cocottes à pondre dans le poulailler. « Je les dresse à pondre dans le poulailler. Lorsqu’elles sont en âge de pondre, mais qu’elles n’ont pas encore pondu leur premier oeuf, je ne les sors du poulailler que l’après-midi. Les poules rousses ne pondent que le matin. Dès qu’elles auront pondu leurs premiers oeufs dans le poulailler, elles sortiront dès le matin, comme toutes les autres », détaille Katy Appaganou. La gérante de La poule rousse prévient : « Il ne faut pas les laisser couver leurs oeufs ! Et il faut éviter de les laisser dormir là où elles pondent, pour ne pas leur donner envie de couver. » Une poule qui couve arrête de pondre. D’où l’importance de la collecte quotidienne des oeufs. Une autre raison est donc l’hygiène. Un oeuf qui traîne dans le poulailler peut se retrouver couvert de fientes, ou d’urine de rat. Bonjour les maladies. Car les grains et la nourriture attirent les rats et les souris. Il faut donc maintenir le poulailler propre, en le nettoyant le plus régulièrement possible. Petite astuce de l’agricultrice amie des animaux : « Les rats détestent l’odeur de l’urine de cochon d’Inde. Vous pouvez placer des copeaux de bois imbibés d’urine de cochon d’Inde à l’arrière du poulailler. Il est bon d’avoir des cochons d’Inde avec des poules. » Il est également conseillé de ne donner que la quantité suffisante de nourriture, pour éviter que les aliments ne traînent durant la nuit, d’autant qu’ils risquent de pourrir et de devenir impropres à la consommation.

L’estomac de cocotte

Les poules sont omnivores. Elles mangent donc de tout. Mais elles digèrent difficilement certains produits comme les peaux de banane, les agrumes, l’avocat et la pomme de terre crue comme cuite. Pour les aider à fabriquer du calcium, on peut leur donner des coquilles d’huîtres ou des têtes et carapaces de crevettes (dont elles raffolent). On complète l’alimentation avec des graines, des céréales… Les poules ont également besoin d’avaler de petits graviers, lesquels, installés dans le jabot, permettent de concasser les aliments trop gros. Selon les villes où les foyers ont opté pour des poules afi n de réduire leurs déchets, deux poules pourraient ingurgiter près de 150 kilos de déchets organiques à l’année.

Les parasites

Le sable peut éventuellement remplacer les graviers et être utilisé comme bac à poussière, une zone où les poules se roulent afi n de se débarrasser des parasites. La cendre fait également l’affaire. En Nouvelle- Calédonie on identifi e essentiellement le pou rouge. « Vous pouvez mettre une cuillerée à soupe par poule de terre de diatomée dans le bac à poussière, voire carrément frotter les poules avec pour lutter contre les parasites », conseille Katy Appaganou. Se rouler dans la poussière, c’est une de leurs activités préférées, avec le grattage du sol. Vos poules passeront leurs journées à griffer la terre, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus un seul brin d’herbe. D’où l’intérêt de les laisser gambader dans un grand espace, si vous ne voulez pas sacrifi er votre espace vert sur l’autel des oeufs frais.

Aurélia Dumté


LA FRAICHEUR DES OEUFS

poule02Lorsque vous collectez vos oeufs, ne les nettoyez pas à l’eau. « La poule dépose dessus une sorte de mucus qui empêche les bactéries de pénétrer, car la coquille est poreuse », détaille Katy Appaganou. Si vous nettoyez vos oeufs sous l’eau, la pellicule est retirée et l’oeuf n’est plus protégé. À moins de le manger de suite, bien sûr. L’idéal, c’est de le frotter délicatement avec un torchon ou tout autre matériau doux. Et de tout de suite écrire au crayon de papier la date de ponte. Si vous ne le faites pas et que vous avez des doutes sur la fraîcheur de l’oeuf, il faudra en passer par la technique du verre d’eau : plongez l’oeuf dans un contenant rempli d’eau, s’il coule il est frais, s’il fl otte il est trop vieux. Un oeuf est considéré comme extra frais durant sept jours, frais pendant 21 jours, consommable jusqu’à 28 jours. Au-delà, testez-le avec l’eau.

QUELQUES CHIFFRES DE POULETTES

Une poule rousse, pondeuse, peut vivre dix ans, mais sa durée de vie moyenne est de cinq ans. Si vous récupérez une poule réformée (issue d’un élevage intensif), sa durée de vie pourrait être plus courte. Elle commence à pondre aux alentours de cinq mois et, au bout de deux ans, le rythme de ponte ralentit, puis cesse complètement si la poule vit plus de cinq ans. Elle naît avec un quota d’ovocytes prédéfi ni pour la vie. Une poule pondeuse en élevage intensif pond près de 300 oeufs par an. Mais certaines races de poules peuvent ne pondre que quelques dizaines d’oeufs dans leur vie.



Partager :