Groupama Race : des femmes à la barre

Partager :

Un équipage 100 % féminin se prépare à défier 24 bateaux manœuvrés par des hommes lors de la prochaine Groupama Race, qui part le 17 juin de Nouméa. Entraînement à bord de Chairman, voilier spécialement prêté pour l’occasion à l’équipage Dove-Défi des filles.

Femmes actives, mères, étudiantes et voileuses : Christine, Sandrine, Lisa, Léa, Mathilde ou encore Lauren, la benjamine, formeront le premier équipage 100 % féminin de la Groupama Race. C’est une première en six éditions de la mythique régate autour du Caillou, longue de 1200 kilomètres. Les Calédoniennes seront rejointes par une skippeuse de renom, l’Australienne Lisa Blair. « Elle s’est notamment illustrée dans la Sydney-Hobart », souligne Sophie Barbier, en charge de la communication du bord.

« La régate du mercredi »

Il est 16 h, ce jour-là et le ponton 4 du CNC est déjà en effervescence depuis plus d'une heure. L'équipage prépare Chairman pour une sortie d'entraînement. « C’est la régate du mercredi », précise Sandrine, présidente de l’association Défi des filles.
Deux équipières portent en cortège au-dessus de leur tête les lourdes voiles pour les amener sur le bateau. Chacune enfile son sweat floqué du nom du partenaire, Dove. Le vent se cache derrière l’îlot Brun, la mer est calme : les conditions sont réunies pour tester de nouvelles tactiques.
Une coque gris anthracite sur une mer bleu profond. Difficile de manquer le bateau de l'équipage Dove-Défi des filles qui s'apprête à quitter la rade de Nouméa pour une énième séance d'entraînement. « C’est une habitude, tous les mercredis on s’entraîne avec d’autres voiliers ; l’idée est d’aller jusqu'à la bouée jaune de l’île aux Canards et de revenir le plus vite possible », précise Christine, leader naturelle de l’équipage.

 Chacune s’entraîne sur son poste 

« Bon, comment ça va se passer aujourd’hui ? » s’interroge en chœur l’équipage. « Nous sommes encore dans la phase de fiabilisation, où chacune s’entraîne sur son poste pour en tirer le bénéfice maximal et optimiser l’équipage », précise l’une d’entre elles. Les voiles bordées, la prise au vent est optimale. Sandrine, la barreuse, est sans cesse en demande d’informations sur les bateaux qu’elles talonnent. Petits couacs et imprévus, « c’était pas la nav du siècle », concèdent-elles « mais on en est à devancer un voilier dont les capacités se rapprochent de celles de Chairman ». Cet équipage peu commun n’est clairement pas là pour faire de la figuration.

Concentrées et disciplinées, les filles préparent leur poste de manoeuvre.

Concentrées et disciplinées, les filles préparent leur poste de manoeuvre.

Devant, Lauren et Sandrine hissent la voile.

Devant, Lauren et Sandrine hissent la voile.

La Groupama Race, mais pas que

La bande de filles n’en est pas à son coup d’essai. L’association de voileuses a notamment mis sur pied la No Woman No Sail, régate exclusivement féminine entre deux bouées. Selon Sophie, « la Groupama Race est l’aboutissement de ces dernières années : l’équipage est très compétitif ».

Pour valider son inscription à la régate, il faut réussir l'exercice sécurité de

Pour valider son inscription à la régate, il faut réussir l'exercice sécurité de "l'homme à la mer".

© Christophe Malecot / Plan B / Dove-Défi des Filles

© Christophe Malecot / Plan B / Dove-Défi des Filles



Partager :