Le bonsaï, tout un art

Partager :

La culture du bonsaï consiste à mettre en pot des arbres. Mais attention, ces arbres miniatures sculptés par la main de l’homme sont exigeants. Ils demandent du doigté et des soins particuliers de tous les instants.

Un peu d’histoire

Né en Egypte, développé en Chine puis codifié au Japon dans un premier temps par les moines qui amenèrent le bouddhisme, l’art du bonsaï – qui signifie littéralement planté dans un pot – remonte à 4 000 ans. Longtemps réservé au Japon aux classes dominantes, féodales et religieuses, il s’est peu à peu démocratisé selon les modes. Au fil des années, on préfèrera une espèce à une autre et le style diffèrera lui aussi. En Europe, le bonsaï a été introduit pour la première fois, lors de la troisième exposition universelle de Paris, en 1878. Aux États- Unis, après la Seconde Guerre mondiale, des bonsaïs ont été importés massivement du Japon. Il faudra attendre les années 1960 pour voir le bonsaï faire une timide apparition en France, où il connaîtra un réel engouement au milieu des années 1980. « En Nouvelle- Calédonie, nous sommes quelques-uns passionnés par cet art ancestral, devenu patrimoine de la culture japonaise », précise Christopher Green de Bonsaï Mania.

Attention et soins

« Il faut rappeler qu’un bonsaï est avant tout un arbre. Il fonctionne comme un arbre qui aurait par exemple une hauteur de 10 mètres, appuie Christopher Green. Tous les types d’arbres à écorce, donc de bois dur, peuvent être travaillés pour devenir des bonsaïs. » Vous pouvez mettre en pot des banians, des manguiers, des niaoulis, des gaïacs, des arbres à fleurs comme des azalées, des rosiers... « Je connais une personne sur le territoire qui a réussi à mettre en pot un pommier, poursuit Christopher Green, en le mettant quelques jours dans son frigo pour recréer la saison d’hiver dans l’hémisphère Nord. »

Ces arbres miniatures vont demander beaucoup de soins et de patience. Il faut sans cesse leur donner de l’attention et du temps. « Il faut être très attentif à leur métabolisme et à leur environnement et éviter qu’ils ne subissent de chocs trop violents », souligne le spécialiste. Attention donc à les placer dans un endroit plus ou moins ensoleillé, à préparer un substrat rétracteur en été, drainant en hiver. « Les bonsaïs sont des petits êtres dans des petits pots, ils se déshydratent très vite avec la chaleur et le vent, explique Christopher Green. 85 % des bonsaïs meurent en raison du manque d’eau. La clé est de les arroser tous les jours. »

Quelles techniques ?

Un bonsaï est obtenu soit à partir d’un semis, d’une bouture, d’un marcottage, ou d’un jeune plant. Si vous choisissez le semis, vous devrez attendre des années avant d’obtenir un jeune bonsaï. La bouture, plus rapide que le semis, consiste à repiquer en terre des tiges sans racines prises sur la plante initiale. C’est aussi un moyen de mettre en forme des bonsaïs sans devoir couper de grosses branches. La plupart des arbres sont facilement reproductibles par bouturage. Le marcottage est proche du bouturage, car il se fonde sur le principe de l’émission spontanée des racines sur un rameau. Mais ici, l’enracinement s’effectue sans séparation préalable du rameau du pied mère, l’opération se faisant par contact d’une partie de branche avec la terre ou un milieu favorable à l’émission des racines. Il s’agit donc d’une méthode plus douce, le rameau n’étant séparé de la plante mère que lorsqu’il est suffi samment enraciné. Il n’y a donc pas de rupture dans le processus végétatif.

Dans le cas d’un bouturage ou d’un marcottage, il faudra attendre que les jeunes plants se soient bien enracinés et qu’ils aient bien redémarré avant de commencer à les tailler.

Enfin, autre possibilité, celle de partir d’un jeune plant que vous trouverez chez un pépiniériste ou en jardinerie et qui servira à la formation d’un bonsaï.

La taille : l’essence du bonsaï

La taille d’un bonsaï est cruciale car elle a pour but de conserver sa jolie silhouette et de favoriser la pénétration de la lumière à l’intérieur de la plante. Les bonsaïs peuvent prendre des formes très variées mais ils doivent néanmoins garder leur aspect naturel. La taille s’effectue en pleine période de pousse et elle consiste à tailler aux ciseaux les ¾ de la feuille pour ne garder que le pétiole et le début de la feuille.

Quand les feuilles repoussent, elles seront plus petites et présenteront des entrenoeuds plus rapprochés. Sachant qu’un bonsaï doit se limiter à un pot restreint, il est nécessaire également de procéder assez régulièrement à la taille de ses racines. Intervenez rapidement sur les jeunes sujets pour éviter que les jeunes arbres prennent trop de la hauteur. « La taille est certes tout un art, souligne Christopher Green. Toutefois, elle demande de faire confi ance à son oeil et à ses ressentis envers son bonsaï pour lui donner une forme harmonieuse. »

Frédérique de Jode

Quels outils utiliser ?

Pour travailler et choyer votre bonsaï, quelques outils spéciaux sont nécessaires. « On commence par les outils les plus essentiels, indique Christopher Green, soit un arrosoir, deux paires de ciseaux, dont un petit pour couper les feuilles, une pince pour couper les branches, un petit balai, un tord-tronc pour courber et mettre en forme les branches fortes du bonsaï. »

Formation pour les débutants

Si vous avez envie de vous lancer dans la culture des bonsaïs, il est possible de vous former auprès de Christopher Green. Une formation de 10 heures par semaine pour les débutants est proposée. Au programme : théorie et partie technique qui comprend notamment des informations sur la terre, le substrat, la taille, le sertissage, le rempotage, l’embellissement, l’enrochement. Renseignements au 24 71 94.

LA KOKUFU-TEN : L’EXPOSITION PHARE DE BONSAÏS

La Kokufu-ten est l’exposition la plus prestigieuse de bonsaïs qui se tient chaque année en février au Japon. Elle présente des arbres de très haut niveau au Tokyo Metropolitan Art Museum, situé dans le parc Ueno. Cette exposition est la plus ancienne du Japon, sa première édition date de 1934. Elle est organisée par la Nippon Bonsaï Association, une organisation visant la promotion du bonsaï à travers le pays mais aussi à l’étranger.

LA KOKUFUTEN : L’EXPOSITION PHARE DE BONSAÏS



Partager :