Os, pour ou contre ?

Partager :

Les chiens aiment les os, cela ne fait aucun doute. Pour eux, c’est un mets délicieux, à consommer en toutes circonstances et sans modération. Pourtant, la vérité est tout autre. Pour que le plaisir ne se transforme pas en supplice, le maître de l’animal doit prendre quelques précautions.

 

Plus d’un foyer sur cinq possède un, voire plusieurs chiens, appréciés notamment pour leur fidélité. Celle-ci est d’ailleurs parfois récompensée par le maître sous la forme d’un os. Malheureusement, cette idée, aussi sympathique soit-elle, n’est pas toujours bonne. Tous les os ne sont pas recommandés pour les chiens et certains peuvent même être dangereux.

L’os, un plaisir qui peut être nocif

Bien qu’ils aboient pour nous protéger, les chiens sont des animaux fragiles dont il faut prendre soin. L’attention que l’on doit porter à leur nourriture est primordiale et encore plus lorsqu’il s’agit de petits plaisirs comme les os. Donner un os non adapté à son chien peut être dramatique. L’animal peut se casser des dents ou se couper la langue. Plus grave, l’os peut se coincer dans la mâchoire, dans l’oesophage, dans la trachée ou dans les intestins, ce qui serait immédiatement synonyme d’opération. Et lorsque des fragments d’os se baladent dans son système digestif, Médor peut également saigner au niveau du rectum ou, pire, souffrir d’une perforation de l’estomac.

Éviter les petits os cassants

Pour éviter tous ces désagréments, mieux vaut être bien informé et ne pas donner n’importe quel os à son animal de compagnie. Les os les plus petits et les plus cassants sont à bannir. Pas de lapin, de caille ni de petit gibier pour les chiens. Les os de ces animaux sont particulièrement fragiles. Une fois croqués, ils éclateront en petits morceaux très pointus, qui seront autant de menaçantes esquilles. Les moyens et gros os seront tout aussi goûteux et beaucoup moins dangereux. Ils permettront à l’animal de se faire les dents et de saliver, favorisant ainsi sa digestion, tout en apportant un supplément de calcium et de phosphore. Cela dit, pour faire vraiment plaisir à son compagnon à poils, il est recommandé de sélectionner des os charnus, c’est-à-dire encore bien entourés de viande. Ceux du gigot, du jarret de veau ou les os à moelle seront parfaits.

os01

Privilégier les os crus

Parfaits, à condition d’être crus ! Les os cuits quels qu’ils soient représentent un danger pour le meilleur ami de l’homme. Moyens ou gros, la cuisson les rend friables et donc susceptibles de se briser en quelques coups de dents. Bien entendu, rares sont ceux qui ont envie de désosser leur côte de boeuf avant de la passer sur le gril et ce, même si c’est pour le bonheur de toutou. Heureusement, les bouchers ne sont pas avares avec les quadrupèdes et donnent sans problème une bonne dose de ces aliments dont les chiens se lèchent les babines.

LES FAUX OS, LA SOLUTION IDÉALE

Attention tout de même, ce n’est pas parce qu’il est facile de se procurer des os crus qu’il faut en donner à longueur de journée à son animal de compagnie. Une consommation excessive pourrait engendrer des problèmes de constipation. Pour ceux qui voudraient offrir une récompense à leur compagnon quotidiennement sans courir ce genre de risque, il existe une ultime solution : celle des os en peau de buffl e. Ils sont distribués dans de nombreux commerces et vendus à des prix raisonnables. Ils sont assez durs pour être rongés et assez souples pour qu’il n’y ait aucun risque de blessure lors de l’ingestion. Quel que soit l’os choisi, en peau de buffl e, de boeuf ou de veau, il est important de surveiller son chien lorsqu’il le mâche afi n de pouvoir réagir rapidement si besoin.



Partager :