Quand ils tombent amoureux

Partager :

L’être humain a-t-il l’apanage de l’amour? Il suffit d’observer les autres espèces pour constater qu’il n’en est rien et on trouve quantité de démonstrations d’affection profonde et durable dans le règne animal.
En voici un florilège.

Les oiseaux sont, à n’en pas douter, les plus romantiques du règne animal. Non seulement leurs parades nuptiales sont de toute beauté et peuvent durer plusieurs minutes voire plusieurs jours, mais 80 % de ces espèces sont également monogames. Devenus symboles de l’amour, les cygnes se choisissent ainsi un compagnon pour la vie, tout comme la tourterelle. De même, les pygargues à tête blanche restent ensemble jusqu’à ce que la mort les sépare ou que l’un d’eux ne puisse pas se reproduire. Quant aux manchots, ils ne passent que trois mois par an avec leur partenaire mais le retrouvent chaque année pour s’accoupler avec lui et pas un autre !

Les scientifiques estiment que 9 % des espèces de mammifères ont elles aussi opté pour la monogamie. Et bien que les explications sur ce choix diffèrent (dispersion des femelles ou prévention des infanticides), une fois acquis, ce comportement persiste de génération en génération. Les castors et les gibbons vivent par exemple à deux pour protéger le territoire, partager les ressources et prendre soin des bébés, tandis que les parents dik-diks (une antilope naine) font partir leurs petits vers 6 mois pour avoir plus d’intimité !

ani01 ani02 ani03

L’amour sous toutes ses facettes

Malgré ces belles leçons de longévité conjugale, les animaux connaissent eux aussi les aléas de l’amour, comme l’a rappelé la vétérinaire Laetitia Barlerin, invitée en 2018 sur le plateau de La Quotidienne de France 5.

Monogamie ne signifie ainsi pas nécessairement fidélité absolue. Et la spécialiste de citer des tests ADN d’oeufs de mésanges qui ont prouvé que jusqu’à 50% des portées n’étaient pas le fruit du mâle gardant le nid. Même chez l’albatros, un oeuf sur dix serait « illégitime », alors que cet oiseau est présenté comme un modèle de fidélité puisqu’il se choisit un partenaire pour la vie.

À l’inverse, le bonobo est l’animal le plus libertin qui soit. Érotomane convaincu, ce primate règle tous les conflits du groupe grâce au sexe qu’il pratique allègrement en dehors de la période de reproduction. Adepte du Kâma Sûtra, il multiplie les positions, y compris face à face, ce qui est unique dans le règne animal. Loin de se limiter à un acte reproductif, la sexualité pour le plaisir est en outre une réalité chez de nombreux animaux. Les scientifiques ont ainsi décrit des comportements homosexuels chez plus de 450 espèces, le mouton des Rocheuses étant le cas le plus connu puisqu’un mâle peut choisir un autre mâle en présence d’une brebis en chaleur. On l’aura compris, les bêtes ont elles aussi une vie émotionnelle. La seule question qui demeure en fait est de savoir si elles en ont conscience ou non.

UN FLOT D’ÉMOTIONS

Parfois, ces démonstrations d’affection dépassent carrément les barrières de l’espèce. Les exemples de complicité et d’amitié entre un chat et un chien ou un cheval et une chèvre sont nombreux, sans compter tous les animaux de compagnie qui se laissent mourir lorsqu’ils sont séparés de leur maître adoré. Un oisillon voyant son propriétaire dès la sortie de l’oeuf pourra même en tomber amoureux à la puberté puisqu’il le considérera comme son congénère ! C’est pourquoi il est conseillé de l’élever avec ses parents, sans quoi il pourrait succomber à votre charme et délaisser tout autre oiseau.

ani04



Partager :