Un voyage aquatique pour redécouvrir le pays

Partager :

En Nouvelle-Calédonie, plonger avec un masque et un tuba pour admirer les coraux, ça s’apprend depuis tout jeune. La randonnée palmée est une activité à part entière dont l’expérience peut être grandement améliorée en suivant de bons conseils. Et cela permet de préserver les fonds marins. Rencontre avec un professionnel, Pierre Crubillé.

On enfile le masque, le tuba, les palmes, et on plonge ! À la rencontre des poissons multicolores, des coraux phosphorescents, des tortues câlines… Bon, dans la vraie vie, ça ne se passe pas vraiment comme ça. Déjà parce que les coraux ne sont phosphorescents que si on les éclaire à la lumière noire, ensuite parce que les tortues n’aiment pas trop être câlinées. Et vous, vous n’aimerez peut-être pas nager pendant 45 minutes sans arrêt...

Un réel moment de plaisir

On rembobine, on recommence. La randonnée palmée, ça paraît simple comme ça, et accessible à tous, mais avec quelques règles de bonne conduite, et de bon sens, ce sera encore mieux. Et alors guidée par un professionnel des fonds marins et surtout un apnéiste recordman, ce sera parfait ! C’est dorénavant une possibilité au phare Amédée. Lors d’une sortie avec le Mary D, il suffit de réserver une randonnée palmée guidée par Pierre Crubillé, gérant de Blue Caledonia Freediving et apnéiste professionnel. Ce dernier connaît bien les alentours du phare Amédée : « J’anime l’initiation à l’apnée et la randonnée palmée lors des stages vacances avec les adolescents », précise-t-il. Sa prestation est bien différente de la « simple location de matériel. On commence, déjà, par l’apprentissage de l’utilisation de son équipement. Cela peut paraître évident, mais pas pour tout le monde. » Pierre Crubillé explique donc à ses stagiaires, ou à ses randonneurs aquatiques, comment respirer correctement avec un masque et un tuba, comment nager intelligemment, donc sans bruit, avec les palmes. Et surtout, il fournit une combinaison. « Cela a deux intérêts : la flottaison, et la protection contre le froid. » Car au bout de trente minutes de nage, le froid et la fatigue se font sentir. Pour ceux qui sont plus à l’aise dans l’eau et qui ont envie de plonger, « on peut ajouter une ceinture de plombs. On peut aller un peu plus loin dans l’initiation à l’apnée, de façon à s’approcher davantage, à regarder sous la patate… », explique le champion de France et vice-champion du monde d’apnée dynamique sans palme. L’idée est « de mettre en place toutes les conditions pour que ce soit un réel moment de plaisir et d’observation », souligne le sportif. La randonnée palmée est une activité que l’on peut pratiquer en famille, à partir de six ans si l’enfant est à l’aise, et même quand on ne sait pas bien nager, la combinaison assurant une certaine flottabilité.

aqua01

Ne rien toucher

« Si on laisse les gens nager avec leurs propres moyens, ils risquent d’avoir de mauvais comportements. » Car ce qui compte tout autant voire plus que le confort du nageur, c’est la préservation de la faune et de la fl ore subaquatiques. Accompagné d’un guide, le visiteur apprendra les bons gestes et découvrira plus en profondeur les animaux et les plantes qui peuplent nos fonds marins. « Une personne qui n’est pas à l’aise dans l’eau, pas à l’aise avec un masque, peut facilement se mettre debout sur des coraux pour nettoyer son masque plein de buée et crac, le corail casse. Ce que j’apprends aux gens, c’est que le corail pousse d’un centimètre par an, donc si vous cassez un morceau de dix centimètres, cela va prendre dix ans pour repousser », détaille Pierre Crubillé. De toute manière, que ce soit avec le guide professionnel ou sur le sentier sous-marin de l’île aux Canards ou partout où l’on plonge, la règle est toujours la même : « Ne rien toucher ! » On touche avec les yeux diraient nos vieux. Alors les câlins avec les tortues amicales du phare Amédée, c’est non. On ne touche pas pour ne pas abîmer, mais également pour éviter de se blesser.

Protection de l’environnement

D’autant que le phare Amédée offre un cadre parfait pour la randonnée palmée. « On observe très facilement et à très faible profondeur », précise Pierre Crubillé. Ainsi, deux parcours d’environ 30 à 45 minutes sont proposés, avec les tortues, donc, mais surtout la faune et la fl ore riches du site, à découvrir tout en apprenant à les respecter. « L’idée est aussi de montrer l’impact de l’être humain sur notre environnement. » La préservation de l’environnement, c’est aussi le message que le Mary D aimerait davantage véhiculer au travers de ses journées ludiques. L’arrivée de cette nouvelle offre dans le planning de la journée répond à plusieurs choses. Une nécessité de se renouveler, de répondre à une demande croissante des clients (surtout locaux), et d’aller donc vers l’information auprès des visiteurs sur l’intérêt de préserver les lieux, l’environnement, la planète. Avec la fermeture des frontières, profi tons-en pour revisiter des mondes que l’on croyait connaître.

LE SENTIER SOUS-MARIN DE L’ÎLE AUX CANARDS

Depuis le 3 août 2001, soit dix-neuf ans, le sentier sous-marin de l’île aux Canards permet aux touristes, randonneurs et autres visiteurs de plonger en toute sécurité et de découvrir de beaux spécimens de coraux et de poissons. Le Centre d’initiative à l’environnement (CIE), qui a créé le sentier, gère le site grâce à de la documentation mise en vente et à ses bénévoles. « Le sentier sous-marin a pour vocation d’initier le public et les scolaires à la connaissance du milieu marin et de les sensibiliser à la protection de cet environnement riche, mais fragile », souligne le CIE sur le site de la province Sud. Ce sentier offre 30 minutes de randonnée palmée, et guidée, le week-end, par des bénévoles.

UNE JOURNÉE AU PHARE AMÉDÉE

Le Mary D propose une journée ludique et bien remplie au phare Amédée avec de nombreuses animations : bateau à fond de verre, atelier de tressage, démonstration de grimpe au cocotier, nage avec les tortues, buffet, location de paddles, visite du phare… Et, depuis ce mois-ci, la possibilité de réaliser son baptême de plongée bouteille et de partir en randonnée palmée guidée, le tout avec Pierre Crubillé de Blue Caledonia Freediving. Le Mary D insiste dans sa communication sur sa démarche écologiste et environnementale : « Nous portons une attention particulière à la préservation et au développement de la faune et de la fl ore : grâce au partenariat avec les bénévoles de l’Aquarium qui animent le bateau à fond de verre afi n de sensibiliser à la protection de notre écosystème marin et qui proposent une découverte de la fl ore existante sur l’îlot. Au partenariat avec la Société calédonienne d’ornithologie pour participer à la protection des oiseaux marins, et à la sensibilisation à l’interdiction totale de pêcher les poissons, de déranger et de ramasser les coquillages de la réserve du phare Amédée. »

La journée au phare Amédée via le Mary D est à 9 950 F/adulte et 2 450 F/enfant entre 1 et 15 ans.
L’option randonnée palmée (sur réservation uniquement) avec la journée au phare est à 2 900 F/personne.
Le baptême de plongée est à 8 100 F/personne. Contacts : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou tél. 26 31 31.



Partager :