fbpx

Cuisine vivante

Cuisine vivante

Il y a quasiment autant de pratiques alimentaires qu’il y a d’êtres humains. Mais certains grands axes se démarquent. L’alimentation vivante prône une consommation brute des aliments, sans cuisson, mais avec une transformation qui excite les papilles.

 

Des bocaux de produits secs sont alignés dans la cuisine. Au milieu du plan de travail, des ananas, des papayes et des avocats colorent l’espace. Clémentine Ayello est adepte de la cuisine vivante depuis près de sept ans. Elle en a fait sa philosophie de vie, son mode de vie, et même son métier. Le principe de la cuisine vivante est de manger les aliments « les plus bruts possible, sans chaleur, sans cuisson », explique la jeune femme. Clémentine y ajoute ses propres préceptes : une cuisine végétarienne, biologique, sans gluten, sans produits issus des animaux (sauf le miel), et sans produits raffinés. Mais attention, ce n’est pas parce que Clémentine se nourrit presque exclusivement de produits crus qu’elle ne mange que des salades !

Accessoires

La tendance vegan est arrivée jusque sur nos côtes, tout comme à Tahiti où on peut suivre, par exemple, la jeune infl uenceuse polynésienne Hereiti Seaman, auteure du livre Hereiti et sa cuisine végétale. Clémentine, avec Vision VG, va plus loin en ajoutant l’aspect brut, donc cru. On sait aujourd’hui que cuisiner sans blé et sans produits laitiers, c’est possible, tout comme cuisiner des plats très élaborés, esthétiques, goûtus et évidemment nourrissants sans passer par la phase cuisson. Pour ce faire, Clémentine utilise de nombreux outils. Le mixeur est un des piliers de sa cuisine, mais également le déshydrateur, la mandoline, l’extracteur de jus... Quant aux techniques de transformation, les produits, entre les mains de Clémentine, se voient réduits en purée, en crème, en poudre, en pâte, malaxés, mélangés, marinés, fermentés... La cuisine est riche, la cuisine vivante l’est donc aussi.

Vitamines

Mais pourquoi donc manger les aliments crus ? Sur ce point, les études scientifi ques ne sont pas toutes pro-crudivores. Ce qui est certain, c’est que tous les aliments ne se prêtent pas à être mangés bruts, mais manger cru de temps à autre ne peut que faire du bien. Clémentine elle-même le concède, « je mange à 70 % cru. Mais surtout, je m’écoute. L’alimentation vivante est riche de tout ce que la nature nous offre : le soleil, l’eau, la terre. Manger cru permet à tout cela de nous nourrir au plus profond, estime la cuisinière. L’alimentation vivante est riche en nutriments, en vitamines, et en ce moment, alors que les sols sont dénutris, nous sommes en manque de vitamines et de nutriments. Manger cru apporte un meilleur transit, plus d’énergie, un meilleur sommeil et une vraie clarté d’esprit. »

Formations

À 6 ans, Clémentine a une révélation en regardant un documentaire : elle ne veut plus manger d’animaux. Face à cette enfant subitement végétarienne, les parents sont déconcertés. La cuisine végétarienne, en soi, est déjà une manière de se réapprendre, de chambouler les bases de notre éducation, de nos habitudes. « J’ai alors dû cheminer seule sur cette voie, apprendre par moi-même. » Vers 20 ans, la jeune femme, qui a toujours été attirée par la cuisine, commence à suivre des stages, s’intéresse à d’autres pratiques alimentaires. Jusqu’en 2012 où elle se plonge dans l’alimentation vivante. « J’ai suivi des formations, j’ai eu la chance de suivre un stage avec le chef cuisinier américain Matthew Kenney. C’est la cuisine du futur ! » se réjouit Clémentine. Il y a trois ans, elle crée Vision VG et propose des ateliers, des interventions en entreprise, des animations. Des moyens de sensibiliser des publics très éloignés cette pratique alimentaire.

Créativité

L’alimentation vivante a pour base les légumes, les fruits, les graines et les noix, les graines germées, les laits végétaux... Une carotte sera transformée en jus, et ses fi bres en crackers. Le chocolat peut également être consommé cru, non torréfi é, et c’est un délice quand il passe entre les mains de Clémentine. « On ne s’ennuie pas dans cette cuisine, il y a vraiment moyen d’exciter les papilles. » C’est aussi une manière de développer sa créativité, de redécouvrir certains aliments usuels dans un contexte différent, ou des recettes classiques totalement revisitées. Ainsi, Clémentine propose des ateliers à thème, comme celui du mois de mars : l’Italie. Apprendre à réaliser des lasagnes sans viande, sans pâte, et sans cuisson. Impossible diriez-vous. Impossible n’est pas Clémentine ! Les courgettes tranchées en lamelles remplacent les lasagnes, les cajous mixés deviennent de la crème...

Environnement

On peut ajouter dans son quotidien alimentaire des recettes végétariennes, véganes, ou crudivores, et ainsi participer doucement à une nouvelle philosophie de vie. Car à la base, c’est bien la protection de la planète qui a guidé Clémentine jusqu’à l’alimentation vivante. « Je ne force personne à suivre ce chemin, simplement, je partage, je fais goûter, je sème des graines. » C’est un mode de vie : faire le plus possible soi-même, acheter biologique et en vrac, consommer sain pour l’environnement et pour son propre bien-être. Tout en se faisant plaisir. Goûtez donc les « snickers », vous verrez !


 Pesto aux fanes de radis

cuis02

Ingrédients (pour un petit pot)

✗ 1 botte de fanes de radis
✗ 1 à 2 gousses d’ail
✗ 15 cl d’huile d’olive
✗ 30 g de parmesan
✗ 30 g de pignons de pin
✗ Une pincée de fleur de sel
✗ Poivre

Préparation

Faire chauffer une poêle et faire griller les pignons de pin, sans les brûuler.
Une fois dorés, les réserver.
Bien nettoyer les fanes de radis pour enlever toute la terre.
Les mettre dans le bol du mixeur, avec l’ail, et mixer le tout.
Rajouter ensuite l’huile d’olive, mixer, puis ajouter le parmesan, et remixer, jusqu’à obtention d’une pâte bien homogène.
Goûter pour rectifier l’assaisonnement avec la fleur de sel, et un peu de poivre.

Conseils

Si vous voulez un pesto plus doux, moins amer, ne mettez que les feuilles des fane s, et pas les tiges.


 Soupe de concombre et graines germées

cuis03

Pour 2 personnes

Temps de préparation : 15 minutes

Ingrédients

✗ ½ concombre
✗ 1 avocat
✗ ½ tête d’ail
✗ le jus d’un citron
✗ herbes aromatiques (persil, coriandre, menthe, basilic…)
✗ 15 g d’algues séchées
✗ graines germées
✗ graines de courge ou de chanvre

Préparation

Pour la soupe, placer le concombre, l’avocat, l’ail, le jus de citron, les herbes aromatiques, les algues dans un blender et mixer jusqu’à atteindre la consistance souhaitée.
Poivrer et saler selon votre goût.
Si la texture est trop épaisse, ajouter du lait végétal (coco) ou de l’eau.
Verser la soupe dans une assiette creuse et ajouter les différentes graines.
À déguster le plus vite possible !


Tartelettes aux framboises

cuis04

Pour 2 personnes

Temps de préparation : 20 minutes + 45 minutes au frais

Ingrédients

✗ 30 amandes (non grillées)
✗ 1 c. à soupe de coco râpé
✗ 1 c. à soupe de fl ocons d’avoine
✗ 3 abricots secs moelleux
✗ de la vanille fraîche
✗ 1 pincée de sel
✗ 1 c. à soupe d’huile de coco
✗ 40 g de tofu
✗ ½ banane bien mûre
✗ le jus d’½ citron
✗ une douzaine de framboises

Préparation

Mixer grossièrement les amandes, le coco, les flocons d’avoine, les abricots secs, les grains de vanille et la pincée de sel dans un blender.
Il est possible de faire tremper les amandes dans de l’eau quelques heures auparavant pour faciliter le mélange.
Dans un bol, mélanger l’appareil avec l’huile de coco.
Façonner les fonds de tarte, filmer et réfrigérer 30 minutes.
Mixer le tofu, la banane et le jus de citron, tapisser les fonds de tarte de cette mousse, garnir avec les framboises et décorer avec du coco râpé.
Réfrigérer au moins 15 minutes avant de servir.

 

Des bocaux de produits secs sont alignés dans la cuisine. Au milieu du plan de travail, des ananas, des papayes et des avocats colorent l’espace. Clémentine Ayello est adepte de la cuisine vivante depuis près de sept ans. Elle en a fait sa philosophie de vie, son mode de vie, et même son métier. Le principe de la cuisine vivante est de manger les aliments « les plus bruts possible, sans chaleur, sans cuisson », explique la jeune femme. Clémentine y ajoute ses propres préceptes : une cuisine végétarienne, biologique, sans gluten, sans produits issus des animaux (sauf le miel), et sans produits raffinés. Mais attention, ce n’est pas parce que Clémentine se nourrit presque exclusivement de produits crus qu’elle ne mange que des salades !

Accessoires

La tendance vegan est arrivée jusque sur nos côtes, tout comme à Tahiti où on peut suivre, par exemple, la jeune infl uenceuse polynésienne Hereiti Seaman, auteure du livre Hereiti et sa cuisine végétale. Clémentine, avec Vision VG, va plus loin en ajoutant l’aspect brut, donc cru. On sait aujourd’hui que cuisiner sans blé et sans produits laitiers, c’est possible, tout comme cuisiner des plats très élaborés, esthétiques, goûtus et évidemment nourrissants sans passer par la phase cuisson. Pour ce faire, Clémentine utilise de nombreux outils. Le mixeur est un des piliers de sa cuisine, mais également le déshydrateur, la mandoline, l’extracteur de jus... Quant aux techniques de transformation, les produits, entre les mains de Clémentine, se voient réduits en purée, en crème, en poudre, en pâte, malaxés, mélangés, marinés, fermentés... La cuisine est riche, la cuisine vivante l’est donc aussi.

Vitamines

Mais pourquoi donc manger les aliments crus ? Sur ce point, les études scientifi ques ne sont pas toutes pro-crudivores. Ce qui est certain, c’est que tous les aliments ne se prêtent pas à être mangés bruts, mais manger cru de temps à autre ne peut que faire du bien. Clémentine elle-même le concède, « je mange à 70 % cru. Mais surtout, je m’écoute. L’alimentation vivante est riche de tout ce que la nature nous offre : le soleil, l’eau, la terre. Manger cru permet à tout cela de nous nourrir au plus profond, estime la cuisinière. L’alimentation vivante est riche en nutriments, en vitamines, et en ce moment, alors que les sols sont dénutris, nous sommes en manque de vitamines et de nutriments. Manger cru apporte un meilleur transit, plus d’énergie, un meilleur sommeil et une vraie clarté d’esprit. »

Formations

À 6 ans, Clémentine a une révélation en regardant un documentaire : elle ne veut plus manger d’animaux. Face à cette enfant subitement végétarienne, les parents sont déconcertés. La cuisine végétarienne, en soi, est déjà une manière de se réapprendre, de chambouler les bases de notre éducation, de nos habitudes. « J’ai alors dû cheminer seule sur cette voie, apprendre par moi-même. » Vers 20 ans, la jeune femme, qui a toujours été attirée par la cuisine, commence à suivre des stages, s’intéresse à d’autres pratiques alimentaires. Jusqu’en 2012 où elle se plonge dans l’alimentation vivante. « J’ai suivi des formations, j’ai eu la chance de suivre un stage avec le chef cuisinier américain Matthew Kenney. C’est la cuisine du futur ! » se réjouit Clémentine. Il y a trois ans, elle crée Vision VG et propose des ateliers, des interventions en entreprise, des animations. Des moyens de sensibiliser des publics très éloignés cette pratique alimentaire.

Créativité

L’alimentation vivante a pour base les légumes, les fruits, les graines et les noix, les graines germées, les laits végétaux... Une carotte sera transformée en jus, et ses fi bres en crackers. Le chocolat peut également être consommé cru, non torréfi é, et c’est un délice quand il passe entre les mains de Clémentine. « On ne s’ennuie pas dans cette cuisine, il y a vraiment moyen d’exciter les papilles. » C’est aussi une manière de développer sa créativité, de redécouvrir certains aliments usuels dans un contexte différent, ou des recettes classiques totalement revisitées. Ainsi, Clémentine propose des ateliers à thème, comme celui du mois de mars : l’Italie. Apprendre à réaliser des lasagnes sans viande, sans pâte, et sans cuisson. Impossible diriez-vous. Impossible n’est pas Clémentine ! Les courgettes tranchées en lamelles remplacent les lasagnes, les cajous mixés deviennent de la crème...

Environnement

On peut ajouter dans son quotidien alimentaire des recettes végétariennes, véganes, ou crudivores, et ainsi participer doucement à une nouvelle philosophie de vie. Car à la base, c’est bien la protection de la planète qui a guidé Clémentine jusqu’à l’alimentation vivante. « Je ne force personne à suivre ce chemin, simplement, je partage, je fais goûter, je sème des graines. » C’est un mode de vie : faire le plus possible soi-même, acheter biologique et en vrac, consommer sain pour l’environnement et pour son propre bien-être. Tout en se faisant plaisir. Goûtez donc les « snickers », vous verrez !


 Pesto aux fanes de radis

cuis02

Ingrédients (pour un petit pot)

✗ 1 botte de fanes de radis
✗ 1 à 2 gousses d’ail
✗ 15 cl d’huile d’olive
✗ 30 g de parmesan
✗ 30 g de pignons de pin
✗ Une pincée de fleur de sel
✗ Poivre

Préparation

Faire chauffer une poêle et faire griller les pignons de pin, sans les brûuler.
Une fois dorés, les réserver.
Bien nettoyer les fanes de radis pour enlever toute la terre.
Les mettre dans le bol du mixeur, avec l’ail, et mixer le tout.
Rajouter ensuite l’huile d’olive, mixer, puis ajouter le parmesan, et remixer, jusqu’à obtention d’une pâte bien homogène.
Goûter pour rectifier l’assaisonnement avec la fleur de sel, et un peu de poivre.

Conseils

Si vous voulez un pesto plus doux, moins amer, ne mettez que les feuilles des fane s, et pas les tiges.


 Soupe de concombre et graines germées

cuis03

Pour 2 personnes

Temps de préparation : 15 minutes

Ingrédients

✗ ½ concombre
✗ 1 avocat
✗ ½ tête d’ail
✗ le jus d’un citron
✗ herbes aromatiques (persil, coriandre, menthe, basilic…)
✗ 15 g d’algues séchées
✗ graines germées
✗ graines de courge ou de chanvre

Préparation

Pour la soupe, placer le concombre, l’avocat, l’ail, le jus de citron, les herbes aromatiques, les algues dans un blender et mixer jusqu’à atteindre la consistance souhaitée.
Poivrer et saler selon votre goût.
Si la texture est trop épaisse, ajouter du lait végétal (coco) ou de l’eau.
Verser la soupe dans une assiette creuse et ajouter les différentes graines.
À déguster le plus vite possible !


Tartelettes aux framboises

cuis04

Pour 2 personnes

Temps de préparation : 20 minutes + 45 minutes au frais

Ingrédients

✗ 30 amandes (non grillées)
✗ 1 c. à soupe de coco râpé
✗ 1 c. à soupe de fl ocons d’avoine
✗ 3 abricots secs moelleux
✗ de la vanille fraîche
✗ 1 pincée de sel
✗ 1 c. à soupe d’huile de coco
✗ 40 g de tofu
✗ ½ banane bien mûre
✗ le jus d’½ citron
✗ une douzaine de framboises

Préparation

Mixer grossièrement les amandes, le coco, les flocons d’avoine, les abricots secs, les grains de vanille et la pincée de sel dans un blender.
Il est possible de faire tremper les amandes dans de l’eau quelques heures auparavant pour faciliter le mélange.
Dans un bol, mélanger l’appareil avec l’huile de coco.
Façonner les fonds de tarte, filmer et réfrigérer 30 minutes.
Mixer le tofu, la banane et le jus de citron, tapisser les fonds de tarte de cette mousse, garnir avec les framboises et décorer avec du coco râpé.
Réfrigérer au moins 15 minutes avant de servir.