Digital : Les bons gestes pour aider la planète

Partager :

Il n’y a pas que notre consommation de carburant et notre utilisation de plastiques jetables qui polluent la planète: notre comportement en ligne peut lui aussi nuire à l’environnement. Découvrez les quatre règles de bonne conduite à suivre pour une utilisation numérique responsable.

 

Vous achetez de préférence des produits locaux et de saison, prenez autant que possible les transports en commun, surveillez votre consommation d’eau courante et d’électricité et triez systématiquement vos déchets. D’excellents réflexes pour aider la planète, qui peuvent malheureusement être réduits à néant par votre utilisation quotidienne d’Internet. E-mails, partage de photos sur les réseaux sociaux, visionnage de séries en streaming et autres chats vidéo ne sont pas sans conséquences. En effet, le traitement et le stockage des données ainsi générés s’avèrent extrêmement énergivores. Si près de 70 % des Français n’en ont encore jamais entendu parler à cause de sa faible visibilité, la pollution numérique engendre pourtant 16 % de la consommation électrique mondiale et émet autant de gaz à effets de serre que l’aviation civile. Afin de diminuer votre empreinte carbone sans mettre votre ordinateur au placard, on vous briefe sur les bonnes pratiques d’écologie digitale à adopter.

Trier ses mails

Aussi anodin que cela puisse paraître, l’envoi d’un simple mail avec une pièce jointe de 1 Mo produit 19 grammes de CO2. Quand on sait que plus de230 milliards de mails sont échangés chaque jour dans le monde, on imagine les dégâts. La solution ? Éviter les messages dont le contenu n’est pas important, ne pas cliquer sur le bouton « répondre à tous » et utiliser plutôt une plateforme de communication comme WhatsApp, Messenger,Skype… pour discuter avec vos collègues et partager des documents. Afin de ne pas les stocker en vain, pensez aussi à supprimer les mails dont vous n’avez plus besoin : la suppression de 30 mails équivaut à économiser une ampoule allumée pendant 24 heures. Pour vous aider à nettoyer votre messagerie électronique, vous pouvez vous servir de Cleanfox, un logiciel gratuit qui facilite le désabonnement aux newsletters devenues indésirables et autres spams.

Fermer les onglets inutilisés

Afin de gagner du temps, ou simplement par habitude, vous laissez régulièrement une dizaine d’onglets ouverts sur votre navigateur. Or, chacun d’eux consomme de la bande passante, mais ausside l’énergie : environ 5 grammes d’équivalent carbone, d’autant plus que les pages se réactualisent automatiquement. Afin de récupérer de la mémoire vive et de réduire vos émissions de gaz carbonique, vous pouvez utiliser l’extension The Great Suspender, compatible avec de nombreux moteurs de recherche, qui met en veille les onglets non utilisés.

Utiliser un moteur de recherche éthique

Plutôt que de passer par Google dès que vous avez besoin d’un renseignement, et si vous testiez Ecosia, Qwant, Lilo ou Ecogine ? Planter des arbres, financer des projets écologiques ou reverser ses bénéfices à des associations de protection de l’environnement, chacun de ces moteurs de recherche alternatifs propose une solution pour diminuer l’impact occasionné par les recherches des internautes –environ 7 grammes par requête, pour 5 milliards de requêtes quotidiennes. En prime, vous protégez vos données et évitez leur exploitation à des fins commerciales. Pour diminuer votre bilan carbone,vous pouvez également taper l’adresse d’un site dans la barre d’URL afin d’y accéder directement. Pensez à mettre vos pages préférées en favoris pour les retrouver facilement.

Mieux gérer ses applis

Pour libérer de l’espace dans votre tête mais aussi sur votre smartphone, désactivez les notifications qui sollicitent en permanence votre attention ou paramétrez-les de manière à ne plus en recevoir de façon intempestive. Supprimez également les applications dont vous ne vous servez plus et qui utilisent sans raison les ressources de votre téléphone. Très vite, vous vous sentirez aussi moins accro aux réseaux sociaux !

digi01



Partager :