fbpx
     

Robes kanak Les couleurs de chez nous

Partager :

Avec sa start-up Pacifik Market.nc, Christiane Waneissi offre aux couturières kanak une plate-forme afin de mettre en avant leurs productions.

 

Christiane, présentez-nous Pacifik Market.nc

Pacifik Market.nc est une plate-forme qui permet aux couturières de présenter leurs modèles. Certaines assument et vont vendre d’elles-mêmes leurs productions. Elles sont déjà dans une démarche de développement d’entreprise. Mais il y en a d’autres qui ne sont pas encore patentées et qui font ça de manière saisonnière, à l’occasion de mariages par exemple. Et quand il n’y a pas de mariages, elles vont faire de la vannerie, de l’agriculture…

Comment « repérez-vous » ces couturières ?

Elles sont couturières dans mon cercle familial pour certaines, d’autres, je les rencontre lors de foires du Nord, des Îles, de Bourail, aux Jeudis du centre-ville… Et je suis cliente aussi ! Sans oublier le bouche-àoreille.

Que leur offre la plate-forme concrètement ?

Un marketing professionnel, un shooting photos pro, une mise en avant sur les réseaux… Beaucoup vendent dans le quartier ou dans le cercle familial. Avec le catalogue, elles passent à une autre échelle. Aujourd’hui, il y a Facebook qui les aide beaucoup. On leur fait des formations pour apprendre à gérer leur page, à poster efficacement, à proposer de jolis visuels… Mais attention, certaines sont déjà très à l’aise avec Internet. J’en connais une qui a déjà 10 000 abonnés qui la suivent ! Elles arrivent à fédérer autour de la robe mission. C’est un véritable phénomène sur Facebook.

Vous faites beaucoup de pédagogie également…

Oui, la plupart sont autodidactes, il est donc essentiel de les accompagner sur l’utilisation de la machine à coudre, les techniques de teinture… Je leur explique qu’il faut se former. On passe à un autre niveau, plus professionnel. Elles sont souvent jeunes, avec des enfants en bas âge. La plupart du temps, elles n’ont pas de permis, pas de qualifications. La couture est donc une opportunité, c’est un levier d’insertion économique. Mais il faut travailler à améliorer le style, la qualité.

En parlant de style, la robe mission a sacrément évolué !

C’est vrai, elle a subi énormément de changements au fil du temps. Même les tissus ont changé ; aujourd’hui, les couturières travaillent avec du voile de coton, du coton fibranne, de la guipure, de la broderie, de la dentelle… Les modèles ont changé, les couleurs aussi. Le produit devient un vêtement de mode, ce n’est plus seulement notre robe mission. Mais ça reste notre culture qu’on doit porter avec dignité et légitimité.

Christiane Waneissi
Tél. 79 88 54
Mél : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.pacifikmarket.nc

rk01



Partager :