©CC/Everypixel

©CC/Everypixel

De l’importance de l’histoire du soir

Partager :

Les petits rituels quotidiens sont pour l’enfant des repères qui lui permettent de se sentir en sécurité. Parmi eux, l’histoire du soir, cérémonial quasi sacré.

Pour l’enfant, le coucher est un moment de transition, souvent générateur d’angoisses. Il doit en effet surmonter la disparition du parent pendant la nuit et accepter d’entrer dans un monde où il ne contrôle plus rien, celui des rêves et des cauchemars. Il a donc besoin d’être rassuré. La mise en place d’une routine, où se répètent chaque jour les mêmes actions, contribue à lui donner des repères et lui permet de se sentir en sécurité. L’histoire du soir prend une place toute particulière dans ce rituel du coucher, moment de transition entre l’excitation de la journée et l’apaisement de la nuit.

L’aider à bien dormir

Même si le petit est fatigué, ne faites pas l’impasse sur l’histoire du soir, quitte à ne lui lire qu’une seule page. C’est un instant privilégié entre votre enfant et vous-même. Il a mangé, il est lavé, la tension de la journée est retombée. Un moment de partage avant la plongée dans le sommeil. Votre enfant vous sent très proche et entièrement consacrée à son bien-être. Il est rassuré, détendu et heureux. Votre voix, rythmée par l’action qui se déroule, le berce peu à peu et l’accompagne en douceur jusqu’au pays des rêves.

Comprendre le monde et grandir

Tout petit, l’enfant ne fait pas la distinction entre le monde réel et le monde imaginaire. L’identification aux différents personnages est alors aisée. Elle va l’aider à prendre son indépendance psychique en lui permettant de revivre, à travers les héros, ses propres peurs. D’ailleurs, souvent, l’enfant demande à lire la même histoire tous les soirs durant une certaine période. C’est là encore une forme de ritualisation qui lui permet de trouver des réponses à ses angoisses. D’une lecture à l’autre, il veut vérifier que l’issue est bien toujours la même.

De même, l’intonation que vous prenez explique très clairement à l’enfant ce qui est bien et ce qui est mal, ce qui est dangereux ou amusant, etc. N’hésitez donc pas à sortir du cadre de l’histoire et à lui expliquer simplement ce qui est en train de se passer. En grandissant, l’enfant aime poser des questions au cours de la lecture. Laissez-le faire, en marquant régulièrement des pauses dans le récit. La lecture est un moment propice pour écouter votre enfant et résoudre avec lui les petits tracas qui le perturbent.


© CC/Everypixel

Découvrir et apprendre

Lire une histoire est aussi un moyen de découvrir la langue française. En jouant avec les mots, l’enfant en apprend de nouveaux et s’approprie la syntaxe. Ainsi, vous lui donnez envie de décoder par lui-même les lettres et les mots. Dès qu’il commence à déchiffrer l’écrit, accompagnez-le dans son apprentissage en lisant l’histoire en alternance.

Profitez également de l’occasion pour aborder les couleurs, les formes et les chiffres. Outils ludiques, les livres favorisent en effet l’apprentissage de certains concepts et notions.

De même, la lecture est un excellent moyen pour enseigner des choses à l’enfant à propos de lieux et d’expériences autrement inaccessibles. Faites-lui ainsi découvrir des cultures et des pays lointains et éveillez-le à de nouvelles idées.

Et s’il n’écoute pas ?

C’est lui qui réclame son histoire tous les soirs. Cependant, une fois dans la chambre, plus rien ne se passe comme prévu. Votre enfant se met à rire, se lève pour aller jouer avec le chat ou tourne les pages avant même qu’elles ne soient lues... Ne claquez pas la porte pour autant. Votre enfant essaye de vous faire comprendre qu’il veut passer un peu de temps avec vous. Pourquoi ne pas remplacer l’histoire par des chansons par exemple ? Ce qui compte, ce n’est pas tant l’histoire que le fait de passer un moment privilégié en tête à tête avec votre petit.

À chaque âge son ouvrage


Il est indispensable d’éveiller la curiosité des petits avec des livres adaptés, et ce, dès le plus jeune âge.

► De la naissance à 6 mois : les livres doudous

citer les sens du bébé en touchant, en agitant, en regardant, en suçant aussi... et ainsi éveiller son acuité.

► De 6 à 12 mois : les livres à vivre

que vous lui lisez en mettant des intonations fortes et même exagérées. « Je vais te maaaanger, dit le loup, arrgh ! » Par mimétisme, l’enfant va essayer de reproduire ces sons.

► À partir de 12 mois : les livres à manipuler

Votre enfant grandit et se sert de mieux en mieux de ses mains. Les livres en carton, avec tirettes ou qui émettent des sons sont ses nouveaux copains !

► De 12 à 18 mois : les imagiers

Votre enfant commence à parler et sa curiosité pour le monde qui l’entoure ne fait que grandir. Il est alors très friand d’imagiers, des livres colorés où des objets ou des situations simples sont représentés.

► À partir de 18 mois : les premiers récits

Avec l’apprentissage de la parole, les livres prennent une autre dimension. L’histoire et l’action véhiculent de nouvelles émotions. Les livres servent alors à s’interroger, à apporter des réponses, à apprendre des expressions, etc. : une influence directe sur le développement du langage de l’enfant.

Et aussi 



Sources : L’Express, Notre Famille, Femme Actuelle, Naître et Grandir



Partager :
Vous allez aussi aimer lire :