Écrans : attention danger !

Partager :

Dans une tribune publiée dans le journal Le Monde, un collectif de professionnels de santé alerte sur les dangers de la surexposition aux écrans pour les bébés et les jeunes enfants. Quelles conséquences sur leur développement ? Comment les protéger au mieux ? On fait le point.

 « Nous, professionnels de la santé et de la petite enfance, souhaitons alerter l’opinion publique des graves effets d’une exposition massive et précoce des bébés et des jeunes enfants à tous types d’écrans : Smartphone, tablette, ordinateur, console, télévision »,

indiquent les auteurs de la tribune publiée le 31 mai dans le journal Le Monde.

« Nous recevons de très jeunes enfants stimulés principalement par les écrans, qui, à trois ans, ne nous regardent pas quand on s’adresse à eux, ne communiquent pas, ne parlent pas, ne recherchent pas les autres, sont très agités ou très passifs », poursuivent-il.
Dans ces conditions, le cerveau des bébés ne peut pas se développer normalement. Deux mécanismes sont en jeu d’après eux : la captation de l’attention involontaire et le temps volé aux activités d’exploration. Ainsi, des retards de développement ainsi que des troubles du langage et du comportement apparaissent de plus en plus fréquemment chez des enfants qui ne présentent aucune déficience neurologique.

Troubles autistiques en vue?

Les membres du collectif font clairement la comparaison des symptômes observés chez ces enfants avec les troubles du spectre autistique : troubles de l’attention, troubles relationnels, stéréotypies gestuelles ou encore intolérance marquée à la frustration.
Des symptômes qui disparaissent heureusement rapidement lorsque les écrans sont supprimés par les parents : « Plus l’enfant est petit, plus le changement est rapide, précise Anne-Lise Ducanda, médecin de PMI (Protection maternelle et infantile) en Ile-de-France. En un mois déjà, les parents me disent qu’ils voient la différence. C’est comme si le développement s’était arrêté et il peut reprendre. Surtout avec des jeux et en parlant avec l’enfant. » Preuve pour elle que la cause de ces difficultés n’est autre que les écrans…

Ce médecin a récemment posté une vidéo sur YouTube dans laquelle elle alerte l’opinion publique sur la surexposition des très jeunes enfants aux écrans. Vidéo consultable sur la chaîne YouTube Docteur Ducanda et Dr Terrasse PMI.

 
Les professionnels de santé mettent également les parents en garde contre « l’écran passif », c’est-à-dire un écran qui reste allumé même si l’enfant ne le regarde pas. « L’enfant construit ses repères spatiaux dans les interactions avec l’environnement qui impliquent tous les sens », explique au journal Le Monde le docteur François-Marie Caron, pédiatre et membre de l’Association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA).

« L'exposition à la télévision retarde le développement de l'enfant de moins de 3 ans. »,

Serge Tisseron, psychiatre, psychanalyste, auteur du livre : Les Dangers de la télé pour les bébés et de 3-6-9-12. Apprivoiser les écrans et grandi

Pour aller plus loin 


La règle du 3-6-9-12

À ce jour, l'Institut national pour l'éducation à la santé (INPES) n'a pas lancé de campagne de prévention concernant les risques liés à la surexposition aux écrans pour les jeunes enfants. A quand des conseils aux parents sur l'usage familial des écrans dans les carnets de santé ? En attendant, un repérage très simple a été proposé par l’AFPA, et notamment par Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste. Il s’agit de la règle du 3-6-9-12.

3 comme pas de télévision avant 3 ans

À cet âge, un enfant a besoin de construire ses repères spatiaux temporels, notamment à travers les histoires qu’on lui raconte et les livres qu’il feuillette. Le temps passé par les bébés devant la télé, y compris les programmes des chaînes qui leur sont spécialement dédiées, les éloigne en effet de la seule activité vraiment utile à leur âge : interagir spontanément avec leur environnement grâce à leurs cinq sens.

6 comme pas de console de jeux avant 6 ans

Entre 3 et 6 ans, l’enfant développe son imagination en créant de ses propres mains, par le dessin, le modelage et le jeu avec d’autres. S’il s'initie trop tôt aux automatismes de la console de jeu, il pénalise le développement de sa motricité fine et de sa créativité.

9 comme Internet accompagné à partir de 9 ans

Les pédiatres préconisent aux parents d'attendre l'âge de 9 ans avant d'initier leur enfant à Internet. Accompagnez votre enfant pour ses premiers pas sur le Net afin qu’il intègre trois notions fondamentales : tout ce que l'on y met peut tomber dans le domaine public, tout ce que l'on y met y restera éternellement et tout ce que l'on y trouve n'est pas forcément vrai.

12 comme Internet seul : pas avant 12 ans

et avec prudence Le pré-adolescent peut commencer à surfer seul sur la Toile, à condition d'avoir compris et assimilé les règles précédentes. Néanmoins, il est nécessaire d'adopter certaines consignes d'usage, de convenir ensemble d'horaires prédéfinis de navigation, de mettre en place un contrôle parental et de ne pas laisser l’enfant avoir une connexion nocturne illimitée depuis sa chambre.

 



Partager :