La méthode Montessori prône l'autonomie

Partager :

Pédagogie alternative la plus célèbre en France, la méthode Montessori a fait couler beaucoup d'encre ces dernières années. De passage sur le Caillou, celle qui baigne dans l’univers Montessori depuis 30 ans, la conférencière Pascale Quirion, nous livre son analyse. Interview.

Femmes.nc : Pourquoi faudrait-il, selon vous, choisir la méthode Montessori plutôt que l’enseignement traditionnel ?

Pascal Quirion : La méthode Montessori offre selon moi un milieu qui répond au besoin fondamental de chaque enfant de développer son potentiel humain. C’est un privilège pour un enfant de vivre au sein d’une ambiance favorisant le libre choix du travail, le matériel autocorrectif, la vie dans un groupe multi-âges et de longues périodes de travail. Dans un tel milieu, l’enfant, jouissant de la pleine confiance de son éducateur en son potentiel, développera aussi son autonomie, en particulier celle qui permet d’accéder à l’auto discipline et au plaisir d’apprendre et de se dépasser.

Comment la socialisation est-elle vécue dans un environnement Montessori ?

L’enfant en construction de sa personnalité sera invité à se socialiser grâce à plusieurs qualités de l’environnement Montessori. Tout d’abord les groupes sont formés d’enfants d’âges mixtes donc le plus petit de 3 ans aura la possibilité de côtoyer le plus vieux de 5 ans, permettant ainsi aux plus âgés d’inspirer les plus jeunes et de vivre la fierté de les aider. Les enfants sont aussi invités à coopérer dans la classe soit pour mettre le couvert, replacer simplement le matériel sur l’étagère, prendre soin des plantes, s’assurer que les tapis de travail sont bien roulés et disposés d’une belle façon, etc. Tous ces petits gestes initient le sentiment d’appartenance au groupe et enrichissent l’estime de soi de chacun. Nous sommes aussi souvent témoins de la collaboration spontanée des uns envers les autres soit en aidant à regrouper les billes éparpillées sur le sol ou en offrant des conseils pour terminer un travail.

Les enfants ayant suivi cette méthode ont-ils les mêmes aptitudes que les enfants ayant suivi un enseignement traditionnel ?

Les enfants qui quittent un milieu fidèle à la méthode Montessori, à la fin du primaire, auront non seulement tout le bagage académique requis au passage vers les études plus avancées mais aussi les outils nécessaires à l’organisation et à la réalisation du travail car ils auront appris au fil des années comment apprendre. Ils aiment être dans l’action. Étant plus passifs dans leurs cours à l’école classique, ils retrouvent dans les différents comités de vie périscolaire toute la liberté et les opportunités de prendre en charge l’organisation d’évènements, la mise sur pied d’équipes sportives, la réalisation de projets divers, le perfectionnement d’une passion, etc. Ce qui leur prend souvent un temps d’adaptation est le simple fait de devoir rester assis durant de longues périodes afin d’écouter le professeur. Cependant, ce sont des jeunes qui ont une grande capacité d’adaptation et ces inconvénients s’amenuisent avec le temps.

Est-ce une pédagogie qui convient à tous les enfants ?

J’ai tendance à répondre par l’affirmative pour la grande majorité des enfants si certaines conditions sont respectées. J’ai parlé plus tôt de critères essentiels pour garantir la qualité d’un milieu fidèle à la méthode, dont la nécessité de la formation pour le maître, cela étant une condition sine qua non de la réussite de la pédagogie Montessori. Vient ensuite la collaboration ou l’adhésion des parents à cette même philosophie de vie. L’enfant ne peut profiter pleinement de cette pédagogie en vivant selon deux modes de fonctionnement distincts : un l’invitant à développer son plein potentiel, à être l’acteur de son développement, et l’autre l’invitant à être un consommateur passif de son quotidien.

Quels sont les inconvénients de cette méthode ?

La méthode n’est pas brevetée, n’importe qui peut s’associer à son nom. Le revers étant que l’on voit surgir du tout et du n’importe quoi vu la facilité à se procurer le matériel et la disponibilité de bien des vidéos et ouvrages de qualité discutable. Il est facile de s’en faire une idée approximative et d’essayer de la mettre en place sans trop savoir ce que l’on fait. Un des inconvénients selon moi se situe aussi au niveau de l’interprétation que l’on fait de certains éléments populaires de la philosophie Montessori, en particulier lorsque l’on aborde les sujets de la discipline et de la liberté. En venant observer dans nos milieux ou en lisant certains écrits de Maria Montessori, certains y verront une liberté dans laquelle l’enfant est laissé à lui-même, sans aucune limite. D’autres y verront une rigueur trop importante imposée aux enfants. Le manque de facilité d’accès aux écoles Montessori est aussi dommage car il y a peu d’établissements offrant la gratuité scolaire, limitant par le fait même la fréquentation d’un large public à cette pédagogie.

 



Partager :