Un œdipe sans complexe

Partager :

 

Qui n’a jamais entendu parler du complexe d’Œdipe ? Un sujet souvent abordé, mais qui reste perturbant et que de nombreux parents appréhendent.

Entre 3 et 6 ans, les enfants traversent une phase durant laquelle ils vivent, de façon plus ou moins intense, une passion exclusive vis-à-vis du parent du sexe opposé. « Je veux me marier avec toi! », peut lancer une petite fille à son papa ou un petit garçon à sa maman. Sa préférence pour le parent de l’autre sexe l’amène d’ailleurs souvent à rejeter le parent du même sexe. L’enfant vit alors une étape normale de son développement, appelée le complexe d’Œdipe.

L’œdipe en pratique

Le petit garçon comme la petite fille va d’abord tenter de séduire le parent du sexe opposé en imitant le parent du même sexe. Il observe ses gestes, attitudes, les reproduit, et construit progressivement son identité sexuelle. Durant cette phase, le bambin va rechercher les contacts physiques avec son parent de sexe opposé, cela lui procurant du plaisir : la petite fille va embrasser son papa sur la bouche, le petit garçon va toucher les seins de sa maman, etc. L’enfant va alors expérimenter, à sa façon (très soft !), tous les plaisirs que nous appelons

« sexuels » dans la vie adulte

Grâce au complexe d’Œdipe, le petit garçon sait pour la première fois ce que c’est que de se sentir garçon, tandis que la petite fille fait l’expérience de la féminité. L’enfant se reconnaît fille ou garçon, différent de l’autre sexe. Cette période est donc cruciale dans la construction de la personnalité de l’enfant et de sa sexualité future. Toutefois, ce n’est qu’au moment de l’adolescence que vont apparaître les premiers éléments concernant son orientation sexuelle.


© CC/Everypixel

Plus compliqué pour les filles

Pour les petits garçons, qui sortent tout juste d’une période d’attachement intense avec leur maman, l’entrée dans la phase œdipienne est moins pénible que pour les filles, puisqu’ils n’ont pas à changer « l’objet » de leur amour. La relation se poursuivra donc intensément avec la maman, mais davantage sur un mode de séduction que sur le besoin affectif d’un tout-petit. Ainsi, le petit garçon essaiera de démontrer à sa mère qu’il est grand et fort, il sera particulièrement affectueux avec elle : « C’est moi l’amoureux de maman ! »

La petite fille, quant à elle, doit d’abord apprendre à s’éloigner et à se détacher de sa mère pour vivre son désir de fusion avec son père. Et ce n’est pas chose simple, tant pour elle que pour la maman : on ne se détache pas aussi facilement de son premier amour. Cette mère, qu’elle aime toujours profondément, devient « une rivale », le temps que son identité féminine s’affirme. La petite fille cherchera, par tous les moyens, l’attention et l’amour de son papa.

La fin du complexe œdipien

La période œdipienne cesse aux alentours de 6 ans, généralement à l’entrée au CP. L’enfant apprend la pudeur, s’investit dans les connaissances, mène une vie sociale riche, etc. Il s’agit du processus de « résolution » : le petit va progressivement renoncer à prendre la place du parent de même sexe, en refoulant dans son inconscient ses émotions et ses passions. C’est la période d’identification au parent du même sexe, où les petites filles veulent tout faire comme maman et où les petits garçons sont heureux de partager des activités « d’homme » avec leur papa. L’enfant est maintenant capable d’investir de nouveaux objets d’amour.

A contrario, selon Freud, un Œdipe vécu de façon compliquée, mal ou non résolu, pourrait conduire à l’émergence de névroses obsessionnelles, de comportements phobiques et de diverses angoisses à l’âge adulte.

Comment réagir?

Quelques pistes pour aider votre enfant à résoudre les conflits associés au complexe d’Œdipe.

► Ne riez pas de ses tentatives de séduction et ne le laissez pas croire que ses désirs sont réalisables. Une telle attitude entretiendrait une confusion de rôles au sein de la famille. Cela l’encouragerait à poursuivre ses tentatives de séduction et l’empêcherait d’aller vers les autres. De plus, imaginer qu’il peut épouser son parent en éliminant l’autre pourrait inquiéter votre enfant.

► Encouragez les activités père-fils et mère-fille, car il est souhaitable que votre enfant s’identifie au parent du même sexe que lui.

► Aidez-le à avoir des repères dans votre famille qui lui font comprendre qu’il est encore un enfant. Par exemple : « Une maman et son fils ne peuvent pas s’aimer comme des amoureux », ou : « Il n’y a que papa qui a le droit de m’embrasser sur la bouche ».

► Montrez-vous sensible aux gestes de votre enfant lorsqu’il cherche à affirmer son identité. Ainsi, n’hésitez pas à le complimenter. Cette attitude encourageante lui permettra d’être fier de sa féminité ou de sa masculinité.

► Rassurez-le en lui disant que vous l’aimez très fort et que vous êtes très fière de le voir devenir grand. Un jour, il pourra lui aussi choisir un amoureux ou une amoureuse.

► Ne vous fâchez pas devant ses attitudes de séduction ou d’opposition. Même s’il refuse vos consignes pour préférer celles de votre conjoint, il est inutile de vous remettre en question. Il s’agit de fantaisies, de désirs enfantins.

 

Parent en solo, comment ça se passe ?

Le principe du complexe d'Œdipe repose initialement sur le modèle de la famille nucléaire, dont le ménage est composé d'un homme et d'une femme. Néanmoins, cela ne veut pas dire pour autant que l’enfant ne pourra pas correctement vivre son œdipe dans une famille monoparentale ou homoparentale. Il y a toujours dans l’entourage proche une femme ou un homme qui va pouvoir jouer le rôle du partenaire œdipien. Pour le petit garçon, ce sera la nounou, la tante, la cousine, etc., et pour la petite fille, le grand-père, l’oncle, le parrain, etc.

Zoom sur Œdipe


Œdipe, de Sophocle à Freud

Œdipe, héros mythique et tragique de la Grèce antique, a, sans savoir qui ils étaient, tué son père et épousé sa mère. Pour le père de la psychanalyse, Sigmund Freud - qui s’est inspiré de la pièce de Sophocle Œdipe-roi - ce personnage symbolise l'aboutissement de la sexualité naissante à un stade où l'enfant fait tout pour séduire son père ou sa mère, devient agressivement jaloux du parent de son sexe, et connaît ses premiers gestes incontestablement sexuels.


Sources : Parents, Maman pour la vie, Magic maman, Naître et grandir, Psychologies


Partager :