Les régimes « gluten free »

Partager :

Sans sucre, sans lactose, sans huile de palme… Pas un jour sans entendre parler des régimes « sans » et surtout du régime sans gluten. Alors, réels bénéfices pour la santé ou simple effet de mode avec un marché juteux à la clé ?

Si vous n’avez pas déjà succombé à un régime « sans gluten » vous êtes certainement cernés par ceux qui ont franchi le pas, jurant à tout va qu’ils se sentent « bien mieux » depuis qu’ils ont adopté ce type de régime. Et pourtant… Il est vrai que le gluten renferme tous les ingrédients pour générer une phobie alimentaire. Déjà, on le trouve partout : le gluten est une protéine qu’on trouve dans de nombreuses céréales comme le blé, l’épeautre, le seigle, l’orge, l’avoine, le kamut et leurs dérivés comme le pain, les pâtes, les pizzas et dans de nombreuses préparations... Aucune protéine végétale n’est mauvaise pour la santé, sauf pour une minorité de personnes qui ne les supportent pas. Le dépistage de son intolérance est rarement demandé, le diagnostic est difficile à établir, les symptômes, communs à de nombreuses autres maladies, varient d’une personne à l’autre et, faute d’études concluantes, les experts se chamaillent sur le nombre d’intolérants qui s’ignorent.

regime sans

Allergique, intolérant ou hypersensible ?

La maladie coeliaque, appelée aussi intolérance au gluten, est une maladie auto-immune – l’organisme se bat contre lui-même – qui se déclare rapidement chez le nourrisson et très lentement – sur des années – chez l’adulte. Si ses causes restent inconnues, nous savons néanmoins que c’est une fraction protéique du gluten qui provoque entre autres la fabrication d’anticorps antitransglutaminases chez des personnes génétiquement prédisposées. Il y a d’une part les allergiques au gluten qui sont très peu nombreux (0,4% de la population). Ils ont des troubles cutanés (urticaire) ou pulmonaires (asthme). D’autre part, il y a les intolérants au gluten (1% de des Français) qui sont atteints de la maladie coeliaque qui donne des troubles digestifs : douleurs abdominales, diarrhée, anémie et amaigrissement par malabsorption digestive. Depuis quelques années, on a mis en évidence un troisième trouble qui peut justifier l’essai d’un régime sans gluten après avis d’un spécialiste, une fois effectué des examens médicaux. Il s’agit de l’hypersensiblité au gluten qui toucherait environ 5% de la population. Les personnes qui en souffrent ont des troubles digestifs (ballonnements, douleurs abdominales, diarrhée) qui ressemblent à ce qu’on appelle parfois le "colon irritable". Mais lors du bilan complet effectué par un gastro-entérologue, on ne trouve pas les éléments caractéristiques de la maladie coeliaque. Au total, moins de 7% des Français sont justiciables d’un régime sans gluten.

Effet de mode

L’ennui est que beaucoup de personnes adoptent le régime sans gluten de leur propre initiative, sans être suivies par un spécialiste, diététicienne nutritionniste ou médecin nutritionniste. Et un régime sans gluten s’avère extrêmement difficile à suivre du fait que le gluten se « cache » un peu partout : charcuteries, plats préparés du commerce , produits panés, levure chimique, épices, semoule, farines et pâtes à base de blé, liant, sauce soya, tout produit avec de l’amidon, bière, certains compléments alimentaires, etc. Suivre un régime strict sans gluten sans être accompagné risque donc fort de provoquer de déséquilibres. Et tout ceci est non justifié la plupart du temps. Il est vrai que de nombreuses stars, Gwyneth Paltrow ou Megan Fox en tête, ont tellement vanté les bienfaits d’un régime « sans gluten » ! Le problème est que pour nombre de personnes, régime « sans » est devenu synonyme de régime minceur. Or, l’idée selon laquelle le gluten ferait grossir est un mythe. Aussi, le régime sans gluten ne permet pas de perdre du poids. Mais certains « petits malins » y ont rapidement vu leur intérêt et les nouveaux produits sans gluten se vendent comme des « petits pains » et à souvent à prix d’or…
En définitive, pour sacrifier à un snobisme à la mode, le régime sans gluten qui n’a rien "de plus sain", complique sérieusement l’alimentation, pour des bénéfices hypothétiques, avec un risque de déficit nutritionnel non négligeable.



Partager :