Pause détox : Santé et plaisir

Partager :

Après des repas trop riches ou aux changements de saison, libérez votre corps de toutes ses toxines en cuisinant détox !

 

À certaines périodes de notre vie - changement de saison, stress, excès - notre corps peut avoir des difficultés à éliminer les toxines. S’il possède ses propres défenses naturelles pour se débarrasser des déchets, leur accumulation peut en revanche l’affaiblir. Problèmes cutanés, baisse d’énergie, cheveux ternes ou maux de tête sont des signaux d’alerte. Supprimer ou, à défaut, réduire les habitudes générant des toxines (tabac, café, alcool ) pour les remplacer par de nouvelles pratiques (boire beaucoup d’eau, faire de l’exercice ) est la première étape conseillée d’un retour au bien-être. Mais le régime « détox » favorisera un nettoyage de l’organisme en profondeur.

Choisir ses aliments…

detox02L’industrie alimentaire utilise des substances chimiques - colorants, additifs, conservateurs - pour donner du goût, des couleurs, ou pour prolonger la durée de consommation des aliments. De plus, ces denrées industrielles sont bien souvent trop riches en sel, en sucre et en matières grasses (trois façons peu coûteuses de donner du goût à des préparations souvent fades), sans parler de l’emploi des huiles hydrogénées - cancérigènes - ou de l’ionisation, qui détruit toutes les vitamines. Il est donc important, pour se désintoxiquer, de faire une pause et de cuisiner soimême des aliments naturels, biologiques de préférence, afin d’éviter, là aussi, les résidus de pesticides et autres composés indésirables. Alors usez et abusez des fruits et des légumes, diminuez votre consommation de protéines animales pour les remplacer par des céréales ou des légumineuses, employez de l’huile d’olive pour la cuisson et des huiles de colza, de pépins de raisin ou de noix pour l’assaisonnement. Le b.a.-ba de la cuisine détox !

… et son mode de cuisson

La cuisson a l’avantage de faciliter la digestion de certains aliments et le fâcheux inconvénient de les dénaturer. À partir de 100 °C, les vitamines et les enzymes sont détruits et les sels minéraux deviennent peu ou pas assimilables. Selon le mode et le temps de cuisson, les nutriments s’en trouvent plus ou moins altérés. Les cuissons à la vapeur, à l’étouffée ou en papillote sont celles qui préservent le mieux le contenu nutritionnel des aliments et qui facilitent la digestion et l’assimilation. La cuisson au wok, telle qu’elle se pratique dans les pays asiatiques, est aussi recommandée pour son faible apport en matières grasses. Les crudités font bien sûr partie du régime détox, car elles sont riches en vitamines, en minéraux et en oligoéléments. Mais une alimentation exclusivement crue est irritante pour le tube digestif et les intestins. L’idéal réside donc dans la parité !

Quel régime ?

Il n’y a pas un, mais des régimes détox. Parmi les plus stricts, on peut retenir celui qui consiste à ne consommer que des fruits et des légumes frais ainsi que des céréales à grains entiers accompagnés de beaucoup d’eau. Certains spécialistes évitent le côté contraignant des cures pour vanter une vraie cuisine, source d’un plaisir dont les recettes témoignent : salade fraises, tomates et feta à la menthe, perroquet en papillote à la vanille. Les papilles sont à la fête ! Basé sur le principe du yin et du yang, répartissant les aliments en catégories chaude, froide et neutre, un autre type de cuisine détox propose des recettes adaptées aux besoins spécifi ques de votre corps, mais qui n’en sont pas moins alléchantes : crevettes marinées aux poivrons et aux graines de sésame ou encore soupe froide citronnée aux asperges. Retrouver bonne mine et énergie paraît d’un seul coup plus facile !

DU GOÛT ET DES BIENFAITS

Curcuma, thym, coriandre, basilic, ail, fenouil, gingembre, cannelle... Les herbes aromatiques et les épices sont riches en nombreuses substances qui facilitent la digestion. De plus, la grande majorité des plantes aromatiques possèdent des vertus médicinales reconnues et sont utilisées depuis des temps très anciens.

Dattes, pistaches, noix, noix de pécan, noisettes, raisins secs, amandes Riches en acides gras insaturés essentiels, en acides aminés, en oligoéléments et en minéraux (magnésium, cuivre, sélénium, manganèse, zinc), les fruits secs apportent des nutriments souvent négligés dans l’alimentation moderne. Sources importantes de protéines et de fi bres, ils sont nourrissants, procurent une sensation de satiété et ne font pas grossir. À consommer en cas de petit creux en remplacement des viennoiseries !


Salade fraises, tomates et feta

detox01INGRÉDIENTS

- 400g de fraises bien mûres
- 2 grosses tomates
- 150g de feta
- De la menthe
- De la mâche
- Quelques graines de tournesol et de courge
- 4 cuillerées àsouped’huiled’olive
- 1 cuillerée à soupe de vinaigre de framboise
- 1/2 cuillerée à café de gingembre en poudre
- Sel et poivre du moulin

PRÉPARATION

Rincer les fraises, les équeuter et les couper en 4. Rincer les tomates, les couper en 8 et les épépiner. Égoutter la feta et la couper en cubes.
Faire la vinaigrette avec l’huile, le vinaigre, le gingembre, le sel et le poivre. Déposer la mâche sur votre plat de service et y disposer les fraises, les tomates et la feta. Arroser avec lavinaigrette. Parsemer de menthe ciselée et de graines.


Perroquet en papillote à la vanille

INGRÉDIENTS

- 4 filets de perroquet (ou autre poisson blanc maigre)
- 100 g de beurre demi-sel (mou mais pas fondu)
- 2 gousses de vanille
- 20 cl de crème fraîche liquide
- 5 cl de vin blanc sec
- 4 cuillerées à soupe d’échalotes émincées (fraîches ou surgelées)
- 1 c. à soupe de fond de crustacés en poudre
- Sel et poivre
- Papier sulfurisé ou alu « spécial papillotes »
- 2 étoiles de badianec


PRÉPARATION

Allumer le four th. 7 (210 °C). Fendre les gousses de vanille et gratter les graines. Bien les mélanger avec le beurre mou. Mettre le poisson sur les papillotes. Déposer une noix de beurre vanillé sur chaque fi let. Placer le reste de beurre au congélateur.

Fermer hermétiquement les papillotes et les mettre à cuire pendant 15 minutes environ (un peu plus si le poisson est surgelé).

Dans une casserole, faire réduire les échalotes avec le vin blanc et le fond de crustacés jusqu’à ce qu’il ne reste plus que 2 cuillerées à soupe de liquide. Sortir le beurre vanillé du congélateur, le couper en petits morceaux.

À feu doux, ajouter le beurre, petit à petit, en fouettant. Quand le beurre est incorporé, toujours en fouettant, ajouter lentement la crème fraîche. Saler (attention : le beurre et le fumet sont déjà salés) et poivrer.

Sortir les papillotes du four, les ouvrir (attention à la vapeur), verser un peu de sauce vanillée sur le poisson. Agrémenter de badiane. Servir le reste en saucière.

Accompagner de riz, de tagliatelles ou de légumes de votre choix.



Partager :