fbpx

Femmes au bord de la crise de nerfs

Femmes au bord de la crise de nerfs

Grâce à une bande dessinée publiée sur Internet il y a deux ans, le concept de la charge mentale a fait l’effet d’une bombe. Son succès a permis de mettre des mots sur des situations que vivent, chaque jour, de très nombreuses femmes.

 Le carnet de correspondance de l’aîné est signé, le rendez-vous chez le vétérinaire est pris, mais il vous reste encore à trouver un cadeau pour belle-maman et à faire un gâteau pour la kermesse du petit. Bref, comme beaucoup de femmes, vous croulez non seulement sous les tâches ménagères mais vous devez également organiser la vie de famille. C’est ce qu’on appelle la « charge mentale », un concept venu du Québec et devenu viral ces dernières années.

Une pression invisible

« Ce travail de gestion, d’organisation et de planification, qui est à la fois intangible, incontournable et constant, et qui a pour objectifs la satisfaction des besoins de chacun et la bonne marche de la résidence ». Voilà, en quelques mots, comment Nicole Brais, chercheuse québécoise à l’université de Laval, décrit le concept de la charge mentale. On pourrait encore le résumer comme le fait, pour les femmes (parce qu’il s’agit souvent des femmes), de devoir penser à tout, tout le temps. Fallait demander, une BD d’Emma (Emmaclit.com), résume aussi en une quarantaine de vignettes ce « travail invisible » qui pèse dans la vie des femmes, même lorsque les hommes mettent la main à la pâte. Penser à payer les factures, appeler le plombier pour réparer une fuite, commander les croquettes du chien ou réserver l’hôtel pour les vacances, autant de petites choses qui finissent par peser lourd dans la balance.

Changer les habitudes

Si la répartition équitable des tâches au sein du couple se démocratise, il n’empêche que les femmes consacrent encore 2,5 fois plus de temps au ménage que les hommes. Un travail auquel s’ajoute donc cette organisation familiale permanente. Mais, pour la dessinatrice, si les femmes sont considérées comme les responsables en titre du travail domestique, c’est d’abord parce que notre éducation nous a appris à fonctionner de la sorte. Elle concède qu’il peut aussi parfois s’agir d’une volonté de tout contrôler de la part des femmes. Quoi qu’il en soit, la solution consisterait à permettre aux hommes de participer activement à cette gestion et à ne plus en faire que de simples exécutants.

S’organiser

Bref, on n’est pas sorti de l’auberge... Et en attendant le temps béni du partage équitable des tâches, organisez-vous pour ne pas vous laisser déborder.

1/ Faites une liste

La to-do list, vous connaissez bien sûr. Cet anglicisme désigne une liste de choses à faire. Le procédé est simple et efficace : se concentrer sur un projet sans pour autant perdre de vue les autres tâches à accomplir. Ces listes concernent tous les domaines : repas, enfants, vacances…

2/ L’événement du jour

Agenda surchargé, journée trop courte, on enchaîne boulot, auto et dodo ! Il est cependant important de dégager une action qui prendra plus de relief dans la journée et vous apportera satisfaction : réussir une recette repérée depuis longtemps, se réserver un temps de lèche-vitrines, passer un coup de fil… Chaque jour réserve sa surprise et se colore ainsi d’un sentiment d’accomplissement.

3/ Ne pas se laisser submerger

Le stress est la maladie du siècle ! Le cerveau devient incapable de placer chacune des pensées dans les zones appropriées. Le travail en est la principale cause. Pour éviter de se sentir débordée, quelques bonnes résolutions suffisent. Le principal remède est de savoir gérer son temps : ne pas arriver en retard, régler un dossier avant de passer à un autre, se permettre des pauses régulières. La qualité de vie au travail est aussi source de bien-être : repas réguliers et équilibrés, bureau personnalisé.

4/ Acceptez de ne pas être parfaite !

Les gens parfaits sourient toujours, ont des maisons impeccables, n’élèvent jamais la voix contre leurs enfants… C’est un conte de fées ? Dans la vraie vie, on se sent coupable ! De ne pas avoir assez de temps, d’énergie, de patience… Toute action est perfectible. Alors décomplexez-vous, simplifiez votre quotidien en assumant une vie imparfaite, mais heureuse !

La solution consisterait à permettre aux hommes de participer activement à cette gestion et à ne plus en faire que de simples exécutants.
La solution consisterait à permettre aux hommes de participer activement à cette gestion et à ne plus en faire que de simples exécutants.

 Le carnet de correspondance de l’aîné est signé, le rendez-vous chez le vétérinaire est pris, mais il vous reste encore à trouver un cadeau pour belle-maman et à faire un gâteau pour la kermesse du petit. Bref, comme beaucoup de femmes, vous croulez non seulement sous les tâches ménagères mais vous devez également organiser la vie de famille. C’est ce qu’on appelle la « charge mentale », un concept venu du Québec et devenu viral ces dernières années.

Une pression invisible

« Ce travail de gestion, d’organisation et de planification, qui est à la fois intangible, incontournable et constant, et qui a pour objectifs la satisfaction des besoins de chacun et la bonne marche de la résidence ». Voilà, en quelques mots, comment Nicole Brais, chercheuse québécoise à l’université de Laval, décrit le concept de la charge mentale. On pourrait encore le résumer comme le fait, pour les femmes (parce qu’il s’agit souvent des femmes), de devoir penser à tout, tout le temps. Fallait demander, une BD d’Emma (Emmaclit.com), résume aussi en une quarantaine de vignettes ce « travail invisible » qui pèse dans la vie des femmes, même lorsque les hommes mettent la main à la pâte. Penser à payer les factures, appeler le plombier pour réparer une fuite, commander les croquettes du chien ou réserver l’hôtel pour les vacances, autant de petites choses qui finissent par peser lourd dans la balance.

Changer les habitudes

Si la répartition équitable des tâches au sein du couple se démocratise, il n’empêche que les femmes consacrent encore 2,5 fois plus de temps au ménage que les hommes. Un travail auquel s’ajoute donc cette organisation familiale permanente. Mais, pour la dessinatrice, si les femmes sont considérées comme les responsables en titre du travail domestique, c’est d’abord parce que notre éducation nous a appris à fonctionner de la sorte. Elle concède qu’il peut aussi parfois s’agir d’une volonté de tout contrôler de la part des femmes. Quoi qu’il en soit, la solution consisterait à permettre aux hommes de participer activement à cette gestion et à ne plus en faire que de simples exécutants.

S’organiser

Bref, on n’est pas sorti de l’auberge... Et en attendant le temps béni du partage équitable des tâches, organisez-vous pour ne pas vous laisser déborder.

1/ Faites une liste

La to-do list, vous connaissez bien sûr. Cet anglicisme désigne une liste de choses à faire. Le procédé est simple et efficace : se concentrer sur un projet sans pour autant perdre de vue les autres tâches à accomplir. Ces listes concernent tous les domaines : repas, enfants, vacances…

2/ L’événement du jour

Agenda surchargé, journée trop courte, on enchaîne boulot, auto et dodo ! Il est cependant important de dégager une action qui prendra plus de relief dans la journée et vous apportera satisfaction : réussir une recette repérée depuis longtemps, se réserver un temps de lèche-vitrines, passer un coup de fil… Chaque jour réserve sa surprise et se colore ainsi d’un sentiment d’accomplissement.

3/ Ne pas se laisser submerger

Le stress est la maladie du siècle ! Le cerveau devient incapable de placer chacune des pensées dans les zones appropriées. Le travail en est la principale cause. Pour éviter de se sentir débordée, quelques bonnes résolutions suffisent. Le principal remède est de savoir gérer son temps : ne pas arriver en retard, régler un dossier avant de passer à un autre, se permettre des pauses régulières. La qualité de vie au travail est aussi source de bien-être : repas réguliers et équilibrés, bureau personnalisé.

4/ Acceptez de ne pas être parfaite !

Les gens parfaits sourient toujours, ont des maisons impeccables, n’élèvent jamais la voix contre leurs enfants… C’est un conte de fées ? Dans la vraie vie, on se sent coupable ! De ne pas avoir assez de temps, d’énergie, de patience… Toute action est perfectible. Alors décomplexez-vous, simplifiez votre quotidien en assumant une vie imparfaite, mais heureuse !

La solution consisterait à permettre aux hommes de participer activement à cette gestion et à ne plus en faire que de simples exécutants.
La solution consisterait à permettre aux hommes de participer activement à cette gestion et à ne plus en faire que de simples exécutants.