fbpx

Je fais la paix avec moi-même !

Je fais la paix avec moi-même !

Bien que l’image de la femme commence enfi n à évoluerdans les médias, nous sommes encore nombreuses ànous trouver trop grosses, à ne pas aimer notre corps et àne pas l’accepter. Erreur ! Les spécialistes nous le disent :pour mincir au mieux, aimons-nous !

 On le crie haut et fort : les diktats de la minceur ne passeront pas par nous ! Exit cette image hollywoodienne de stars au corps idéal. Exit les « bombasses » des podiums qui nous complexent à chaque pas. Alors oui, l’image de la beauté féminine évolue (enfin !). Les mannequins grande taille pointent le bout de leur poitrine généreuse pour notre plus grand bonheur. Mais… quand on se regarde dans le miroir certains jours, on n’aime pas toujours ce qu’on y voit. Un peu trop de ventre, quelques bourrelets, descapitons sur les fesses… Et l’été qui arrive à grands pas.  L’épreuve du maillot de bain, encore et toujours. Certaines assument parfaitement leur corps même s’il n’est pas parfait et elles ont entièrement raison bien sûr ! Pour les autres… y a du boulot ! Pas en termes de régimes ou de sport. Non, du boulot pour faire la paix avec son corps.

paix02

Une image positive de soi

Lisez donc Charlotte Markey, psychologue de la santé et auteure de Les gens intelligents ne font pas de régime (éd. Robert Laffont). Que nous dit-elle ? Qu’ilfaut se réapproprier son corps, accepter ses défauts, bref, avoir une image positive de soi, ce qui incitera à adopter une bonne hygiène de vie sans se torturer à coups de régimes drastiques mauvais pour la santé. Et qui, sur le long terme, n’ont pour résultat que le fameux effet yo-yo. « Le problème, vous vous en doutez, développe-t-elle, est qu’au bout d’un moment les personnes concernées ont faim (c’est dur de se priver de petit déjeuner tous les jours), ou bien elles meurent d’envie de manger les aliments qu’elles se sont promis d’abandonner (les chips, les gâteaux, le pot de glace que nous aimons tous) et elles finissent par se retrouver avec un biscuit (ou dix) dans la bouche. Alors elles craquent, reprennent des kilos… et leur niveau de préoccupation à l’égard de leur poids remonte. » « Les personnes qui ont de faibles niveaux de satisfaction corporelle ont moins de succès, quand elles cherchent à maigrir, que les personnes relativement satisfaites de leur corps. Des études ont révélé que l’amélioration de l’image du corps se traduit par l’adoption de comportements plus sains : meilleure alimentation, davantage d’activité physique. C’est simple, quand les gens se sentent bien dans leur corps ils sont plus aptes à prendre soin d’eux-mêmes, à manger sainementet à faire de l’exercice. »

paix04

Les kilos émotionnels

Faire la paix avec soi pour mincir, c’est égalementce que dit le psychiatre Stéphane Clerget dans son ouvrage Les kilos émotionnels, comment s’en libérer (éd. Albin Michel). « Les kilos émotionnels sont des kilos acquis, des prises ou des pertes de poids provoquées par des raisons émotionnelles récentes ou inscrites plus profondément en nous, remontant parfois à notre enfance », pose le psychiatre. Donc pour perdre du poids, il faut avant tout faire la paix avec soi-même : « C’est arrêter de se maltraiter avec des régimes voués à l’échec. C’est ne plus se battre contre ses envies, ses désirs, ses émotions, car en étant sans cesse en guerre, on finit par craquer et par réagir de manière psychosomatique, en mangeant. Faire la paix, c’est prendre conscience de soi, avec ses bons et ses mauvais côtés. C’est accepter la personne que l’on veut être. C’est ainsi que l’on régulera ses émotions, et évitera leur impact sur les aliments. »

A lire :

Les gens intelligents ne font pas de régime Charlotte Markey, psychologue de la santé.

Les kilos émotionnels, comments’en libérer Stéphane Clerget, psychiatre.

 

 On le crie haut et fort : les diktats de la minceur ne passeront pas par nous ! Exit cette image hollywoodienne de stars au corps idéal. Exit les « bombasses » des podiums qui nous complexent à chaque pas. Alors oui, l’image de la beauté féminine évolue (enfin !). Les mannequins grande taille pointent le bout de leur poitrine généreuse pour notre plus grand bonheur. Mais… quand on se regarde dans le miroir certains jours, on n’aime pas toujours ce qu’on y voit. Un peu trop de ventre, quelques bourrelets, descapitons sur les fesses… Et l’été qui arrive à grands pas.  L’épreuve du maillot de bain, encore et toujours. Certaines assument parfaitement leur corps même s’il n’est pas parfait et elles ont entièrement raison bien sûr ! Pour les autres… y a du boulot ! Pas en termes de régimes ou de sport. Non, du boulot pour faire la paix avec son corps.

paix02

Une image positive de soi

Lisez donc Charlotte Markey, psychologue de la santé et auteure de Les gens intelligents ne font pas de régime (éd. Robert Laffont). Que nous dit-elle ? Qu’ilfaut se réapproprier son corps, accepter ses défauts, bref, avoir une image positive de soi, ce qui incitera à adopter une bonne hygiène de vie sans se torturer à coups de régimes drastiques mauvais pour la santé. Et qui, sur le long terme, n’ont pour résultat que le fameux effet yo-yo. « Le problème, vous vous en doutez, développe-t-elle, est qu’au bout d’un moment les personnes concernées ont faim (c’est dur de se priver de petit déjeuner tous les jours), ou bien elles meurent d’envie de manger les aliments qu’elles se sont promis d’abandonner (les chips, les gâteaux, le pot de glace que nous aimons tous) et elles finissent par se retrouver avec un biscuit (ou dix) dans la bouche. Alors elles craquent, reprennent des kilos… et leur niveau de préoccupation à l’égard de leur poids remonte. » « Les personnes qui ont de faibles niveaux de satisfaction corporelle ont moins de succès, quand elles cherchent à maigrir, que les personnes relativement satisfaites de leur corps. Des études ont révélé que l’amélioration de l’image du corps se traduit par l’adoption de comportements plus sains : meilleure alimentation, davantage d’activité physique. C’est simple, quand les gens se sentent bien dans leur corps ils sont plus aptes à prendre soin d’eux-mêmes, à manger sainementet à faire de l’exercice. »

paix04

Les kilos émotionnels

Faire la paix avec soi pour mincir, c’est égalementce que dit le psychiatre Stéphane Clerget dans son ouvrage Les kilos émotionnels, comment s’en libérer (éd. Albin Michel). « Les kilos émotionnels sont des kilos acquis, des prises ou des pertes de poids provoquées par des raisons émotionnelles récentes ou inscrites plus profondément en nous, remontant parfois à notre enfance », pose le psychiatre. Donc pour perdre du poids, il faut avant tout faire la paix avec soi-même : « C’est arrêter de se maltraiter avec des régimes voués à l’échec. C’est ne plus se battre contre ses envies, ses désirs, ses émotions, car en étant sans cesse en guerre, on finit par craquer et par réagir de manière psychosomatique, en mangeant. Faire la paix, c’est prendre conscience de soi, avec ses bons et ses mauvais côtés. C’est accepter la personne que l’on veut être. C’est ainsi que l’on régulera ses émotions, et évitera leur impact sur les aliments. »

A lire :

Les gens intelligents ne font pas de régime Charlotte Markey, psychologue de la santé.

Les kilos émotionnels, comments’en libérer Stéphane Clerget, psychiatre.