fbpx

La "charge mentale" des femmes expliquée

La "charge mentale" des femmes expliquée
© CC/Everypixel

On en parle ou pas de la « charge mentale » des femmes ? Pourquoi la femme active et/ou mère de famille a (beaucoup) plus de mal à adopter la slow attitude, hein, hein, hein ?

La petite BD, « Fallait demander », raconte en quelques coups de crayon comment le temps des femmes modernes continue de leur échapper. La dessinatrice Emma fait le buzz sur la Toile avec ce nouveau chef-d’œuvre déjà partagé près de 207 000 fois à l’heure où je tape ces lignes... Les féministes appellent cela la « charge mentale » : des pensées incessantes et envahissantes nécessaires pour organiser la vie domestique du foyer, associées à l’exécution d’une grande partie des tâches ménagères. Pendant ce temps, avec pourtant la meilleure volonté du monde, monsieur se met à disposition, pour aider si on lui demande. Organisateur vs exécutant, là est toute la (grande) différence.

En fait, voilà peut-être pourquoi se lancer dans la slow attitude demande autant de temps (tiens, tiens...) et de persévérance : c’est comme décider d’arrêter de fumer à la machine à café du coin fumeurs ou vouloir parler comme un Poken ou un Kiwi en restant dans son pays d’origine, ou devenir violoniste grâce à la Méthode pour Les Nuls! C’est su-per dur !

Conclusion : Il est temps que les hommes prennent leur part de charge mentale, en commençant par revendiquer eux-mêmes l’allongement de leur congé paternité et l’égalité des salaires hommes-femmes. Et les femmes doivent apprendre à disparaître et vraiment déléguer sans culpabiliser. CQFD.

La petite BD, « Fallait demander », raconte en quelques coups de crayon comment le temps des femmes modernes continue de leur échapper. La dessinatrice Emma fait le buzz sur la Toile avec ce nouveau chef-d’œuvre déjà partagé près de 207 000 fois à l’heure où je tape ces lignes... Les féministes appellent cela la « charge mentale » : des pensées incessantes et envahissantes nécessaires pour organiser la vie domestique du foyer, associées à l’exécution d’une grande partie des tâches ménagères. Pendant ce temps, avec pourtant la meilleure volonté du monde, monsieur se met à disposition, pour aider si on lui demande. Organisateur vs exécutant, là est toute la (grande) différence.

En fait, voilà peut-être pourquoi se lancer dans la slow attitude demande autant de temps (tiens, tiens...) et de persévérance : c’est comme décider d’arrêter de fumer à la machine à café du coin fumeurs ou vouloir parler comme un Poken ou un Kiwi en restant dans son pays d’origine, ou devenir violoniste grâce à la Méthode pour Les Nuls! C’est su-per dur !

Conclusion : Il est temps que les hommes prennent leur part de charge mentale, en commençant par revendiquer eux-mêmes l’allongement de leur congé paternité et l’égalité des salaires hommes-femmes. Et les femmes doivent apprendre à disparaître et vraiment déléguer sans culpabiliser. CQFD.