Même la communication sentimentale n’échappe pas à la dématérialisation. Ainsi, aujourd’hui, on s’aime ou on se quitte aussi virtuellement.

Même la communication sentimentale n’échappe pas à la dématérialisation. Ainsi, aujourd’hui, on s’aime ou on se quitte aussi virtuellement.

Les ruptures à l’heure des réseaux sociaux

Partager :

Si les réseaux sociaux et les applications de rencontre en ligne sont sources de techniques de drague insolites, ils apportent aussi leur lot de pratiques de rupture spécifiques, dont certaines, particulièrement douloureuses, ont donné lieu à de nouvelles expressions. Tour d’horizon.

 

En 2021, pour rencontrer l’âme soeur, on mise de plus en plus souvent sur Tinder, Meetic, Facebook ou Instagram. Or, si la drague en ligne obéit à des codes et des règles tacites, elle possède aussi son propre vocabulaire, en grande majorité des anglicismes qui décrivent de manière imagée les nouveaux comportements amoureux en ligne. Les pratiques de rupture ont notamment évolué à l’ère des réseaux sociaux.

Le ghosting ou l’arrêt brutal

Vous vous étiez rencontrés il y a tout juste quelques semaines et tout se passait pour le mieux… du moins, c’est ce que vous croyiez. Mais depuis quelques jours, votre partenaire ne répond plus à vos appels et ignore tous vos messages ou tentatives de contact. Vous vous êtes d’abord inquiété(e), pensant qu’il lui était peut-être arrivé quelque chose de grave, puis après vous être renseigné(e) auprès de ses proches, vous avez fini par vous rendre à l’évidence : il ou elle a rompu, sans avoir jugé bon de vous en avertir.

Sachez que vous êtes victime de ghosting. Issue du mot anglais « ghost », qui signifie fantôme, cette pratique consiste à mettre fin à une relation amoureuse en ne donnant plus aucun signe de vie, de manière soudaine, sans explication ni avertissement d’aucune sorte. Du jour au lendemain, votre chéri(e) semble s’être tout simplement évanoui(e) dans la nature, tel un spectre.

Si le terme apparaît dès le milieu des années 2000, il ne devient populaire qu’une décennie plus tard. Plusieurs raisons ont été avancées pour expliquer ce phénomène : manque d’empathie dû aux technologies numériques qui créent une déconnexion avec la réalité, peur de blesser l’autre ou façon de se ménager une possibilité de reprendre la relation plus tard seraient les causes principales de ce silence radio brutal.

L’utilisation des réseaux sociaux lors de la vie amoureuse donne lieu à de nouvelles pratiques de rupture.
L’utilisation des réseaux sociaux lors de la vie amoureuse donne lieu à de nouvelles pratiques de rupture.

Comment tourner la page ?

Si vous avez déjà été « ghosté(e) », vous savez à quel point il est difficile de faire le deuil d’une relation qui ne s’est jamais officiellement terminée. D’abord, dites-vous bien que vous n’êtes très probablement coupable de rien et qu’il n’est donc pas nécessaire de vous remettre en question.

Pour mettre un point final à cette triste histoire, vous pouvez exprimer vos sentiments et vos interrogations par écrit, par exemple en rédigeant une lettre ou un SMS à votre ancien partenaire, mais sans l’envoyer. En effet, gardez à l’esprit que si vous cherchez à lui demander les raisons de son comportement, il ou elle risque fort de continuer à vous ghoster, ce qui augmentera d’autant plus votre peine et votre frustration.

Prenez du temps pour vous, adonnez- vous à vos loisirs, sortez avec vos amis et chouchoutez-vous. Au bout d’un moment, votre chagrin disparaîtra peu à peu et le « ghosteur » ne sera plus qu’un mauvais souvenir.

Les miettes du breadcrumbing 

Vous vous connaissez depuis quelque temps et lorsqu’il ou elle vous a envoyé le premier petit mot sur votre messagerie instantanée, c’est le coeur battant que vous l’avez ouvert. Depuis, vous avez droit à un SMS de « bonne nuit » par-ci, un « like » par-là, mais aucune vraie discussion profonde ni proposition de rencontre ou de rendez-vous. Vous avez donc du mal à déterminer si il ou elle est oui ou non intéressé(e) par vous.

Ce que vous vivez est vraisemblablement du breadcrumbring, qu’on peut traduire par « jeté de miettes » en français. Hormis s’il s’agit d’un(e) très grand(e) timide, ces infimes marques d’attention signifient qu’il ou elle ne s’intéresse pas réellement à vous et ne souhaite pas s’engager dans une vraie relation, mais veut quand même vous « garder sous le coude », au cas où. Plutôt que de remuer le couteau dans la plaie en continuant d’espérer à chacune de ses « miettes », prenez les devants !

Bloquez-le sur tous les réseaux sociaux et supprimez-le de votre liste de contacts. Le sevrage risque d’être difficile dans les premiers temps, mais c’est la seule façon de réussir à passer à autre chose.

Le spectre du haunting

Vous avez rompu avec votre ex, mais plutôt que de le ou la rayer de votre vie, vous avez préféré rester « amis » sur les réseaux sociaux.

Sauf que cette personne « like » presque toutes vos nouvelles publications, commente vos photos et regarde chacune de vos stories. Technique maladroite pour essayer de vous reconquérir ou manière de ne pas se faire oublier ?

Toujours est-il que vous avez l’impression d’être hanté(e). Pour vous débarrasser de ce(cette) revenant(e) sans vous montrer trop cruel(le), dites-lui franchement que vous souhaiteriez qu’il ou elle soit moins présent(e) dans votre vie et que vous preniez davantage vos distances. ❤

Les femmes plus souvent touchées

ss02

Si les phénomènes de rupture prennent de l’ampleur et tendent à devenir des pratiques courantes, les femmes déclarent néanmoins être davantage victimes que les hommes. D’après différents sondages, elles seraient ainsi 24 % à avoir été ghostées, contre 16 % pour les hommes en France.



Partager :