fbpx

L’Hortithérapie

L’Hortithérapie

Les végétaux ont décidément tout bon ! Cultiver plantes et fleurs dans son jardin serait en effet la panacée pour retrouver la santé et garder le moral.

 

«Si tu veux être heureux toute ta vie, fais-toi jardinier ». Voilà un proverbe qui résume à lui seul ce qu’est l’hortithérapie. Celle-ci se consacre en effet aux bienfaits psychologiques et sensoriels que peut apporter le jardinage. Il suffirait donc de mettre les mains dans la terre pour retrouver la forme ou préserver sa santé.

Très répandue aux États-Unis et en Asie, l’hortithérapie part du principe que jardiner est bon pour le moral et pour la santé ! Le jardinage aurait en effet le pouvoir d’améliorer l’état physique de certains malades. Cette activité au grand air serait notamment bénéfique pour l’équilibre, la coordination, la souplesse et la force. Idéale pour garder la ligne, elle permettrait aussi de brûler autant de calories qu’une marche rapide…

Au-delà des bénéfices physiques, l’hortithérapie est également un bon moyen pour diminuer le stress, l’anxiété et soulager la dépression. Elle permet en outre de développer sa patience, son sens de l’observation et sa créativité. En faisant appel aux sens et à la mémoire, l’hortithérapie est encore une occupation salvatrice pour les patients souffrant de la maladie d’Alzheimer.

Un public ciblé

Cette nouvelle approche de soin fait petit à petit son chemin, notamment dans les maisons de retraite, les centres d’aide sociale, les écoles spécialisées ou encore les centres de rééducation. L’hortithérapie complète ainsi les soins médicaux des personnes âgées mais aussi des plus jeunes, notamment des enfants atteints d’autisme.Néanmoins, en pratique, un jardin thérapeutique nécessite une installation bien spécifique et un personnel médical bien formé. La hauteur des bacs à fleurs ne sera évidemment pas la même dans une maison de retraite que dans un centre dédié aux enfants. Les outils doivent également être adaptés à chacun afin d’être manipulés sans danger et les chemins doivent être accessibles et praticables sans obstacles, afin de garantir une sécurité optimale.

 

«Si tu veux être heureux toute ta vie, fais-toi jardinier ». Voilà un proverbe qui résume à lui seul ce qu’est l’hortithérapie. Celle-ci se consacre en effet aux bienfaits psychologiques et sensoriels que peut apporter le jardinage. Il suffirait donc de mettre les mains dans la terre pour retrouver la forme ou préserver sa santé.

Très répandue aux États-Unis et en Asie, l’hortithérapie part du principe que jardiner est bon pour le moral et pour la santé ! Le jardinage aurait en effet le pouvoir d’améliorer l’état physique de certains malades. Cette activité au grand air serait notamment bénéfique pour l’équilibre, la coordination, la souplesse et la force. Idéale pour garder la ligne, elle permettrait aussi de brûler autant de calories qu’une marche rapide…

Au-delà des bénéfices physiques, l’hortithérapie est également un bon moyen pour diminuer le stress, l’anxiété et soulager la dépression. Elle permet en outre de développer sa patience, son sens de l’observation et sa créativité. En faisant appel aux sens et à la mémoire, l’hortithérapie est encore une occupation salvatrice pour les patients souffrant de la maladie d’Alzheimer.

Un public ciblé

Cette nouvelle approche de soin fait petit à petit son chemin, notamment dans les maisons de retraite, les centres d’aide sociale, les écoles spécialisées ou encore les centres de rééducation. L’hortithérapie complète ainsi les soins médicaux des personnes âgées mais aussi des plus jeunes, notamment des enfants atteints d’autisme.Néanmoins, en pratique, un jardin thérapeutique nécessite une installation bien spécifique et un personnel médical bien formé. La hauteur des bacs à fleurs ne sera évidemment pas la même dans une maison de retraite que dans un centre dédié aux enfants. Les outils doivent également être adaptés à chacun afin d’être manipulés sans danger et les chemins doivent être accessibles et praticables sans obstacles, afin de garantir une sécurité optimale.