Pourquoi j ’ai les mains moites ?

La transpiration excessive peut toucher plusieurs parties du corps, à commencer par les paumes des mains. L’hyperhidrose palmaire, plus communément appelée « mains moites », peut devenir un calvaire au quotidien, mais il existe des solutions pour atténuer cette sudation.

 

La transpiration est un phénomène naturel qui permet d’assurer la thermorégulation de l’organisme et d’évacuer les toxines. Mais, parfois, lorsqu’elle est excessive, la sudation devient pathologique. Aisselles, bien sûr, mais aussi cuir chevelu ou pieds… : on ne soupçonne pas le nombre de zones corporelles qui peuvent ainsi transpirer à outrance. Parmi elles, les mains qui, lorsqu’elles sécrètent trop de sueur par leurs glandes sudoripares, souffrent d’un phénomène appelé « hyperhidrose palmaire ».

Une manifestation émotionnelle

Particulièrement gênante et embarrassante au quotidien, cette transpiration excessive des paumes s’explique souvent par des facteurs psychologiques. En effet, le stress, la peur ou un trop-plein d’émotions peuvent provoquer la moiteur des mains. Dans d’autres cas, celle-ci peut être liée à un problème hormonal ou endocrinien (notamment l’hyperthyroïdie), d’où l’intérêt de consulter un médecin pour poser un diagnostic sûr. Si la cause de cette sudation palmaire est émotionnelle, les thérapies comportementales ou certains exercices quotidiens peuvent aider à être plus serein. L’hypnose, l’acupuncture ou encore le yoga peuvent aussi être des alternatives efficaces pour gérer son stress et atténuer l’hyperhidrose.

Des traitements peu communs

En cas de transpiration surabondante, d’autres traitements locaux peuvent être envisagés. Le chlorure d’aluminium, appliqué en gel sur les paumes avant de dormir, peut s’avérer efficace si l’on répète l’opération durant plusieurs nuits. Ce produit neutralise en effet les glandes sudoripares et permet donc de diminuer la moiteur des mains.

Les injections de toxine botulique sont également une solution car, tout comme le chlorure d’aluminium, cette substance désactive les glandes sudoripares aux endroits où l’on a injecté le produit. L’iontophorèse fait aussi partie des traitements possibles. Cette technique consiste à diffuser un faible courant électrique dans la paume pour bloquer ces mêmes glandes. Enfin, dans les cas très lourds, la chirurgie peut venir détruire les ganglions sympathiques qui contrôlent la transpiration. Mais cet acte est à éviter, car il peut engendrer des conséquences irréversibles.